Voici deux témoignages très différents sur la vie en milieu hospitalier ou en EHPAD. Nous vous les livrons tels quel, sans commentaires, bruts de décoffrage !

Tout d’abord le témoignage de Gilabert, abonné à Occitania, qui nous a écrit une longue lettre, en occitan, 6 pages !  Voici un extrait de son courrier :

Cal plan veire que lo meu testimoniatge s’apieja sus la vida a l’espital « Pelegrin » de Bordèu, l’espital de Lengon, l’espital de Cadilhac, e a l’espital de Pont del casse en Olt e Garona. Quand vèsi vòstre article « urgence à l’hôpital », sabi pas se vosautres jornalistas, avetz fach vertadièrament lo torn dels espitals, o si avetz sonque ausit los sindicalistas ! ieu i soi dempuèi quinze annadas e vesi plan çò que se pòt passar. Lo matin 6 oras trenta, arriban dins lo servici e alavetz la primièra causa que fan totes los fonccionaris es d’agafar un cafè ont las parladissas van plan. Parlan de lors problemes, cadun de sa vida, puèi van legir e ausir tot çò que s’es passat dins la nuèit. A 7 oras trenta cal balhar los remèdis als malauts, e ensajar de far los relevats. Uèch oras, cal balhar de que minjar al monde embarrats aicí. Puèi a 9 oras lor cal far la pausa sindicala, prevista dins los textes per 20 minutas. Mas eles, infirmièrs, ajuda suenhants, agent de susfacia demòran a taula fins a 10 oras. E òc son ja fatigats d’aver pas fach grand causa ! A detz oras trenta, mai d’un còp, van s’assetar dabans un fenestron e seguisson çò que se pòt passar aicí e non pas dins lo servici. I a un moment ont lor cal esser revelhat es quand lo metge passa, mas aquò dura pas pro de temps…[] Cal plan veire tanben, lo temps passat a fumar o a legir e consultar lo siá telefonet o la siá tableta pendent lo temps de trabalh. Tot aquò o cal vertadièrament veire per poder testimoniar. Avetz marcat « Aqueste jornal es vòstre » ! E ben vaquí lo meu testimoniatge sus çò que se pòt passar a l’espital. Al plaser de vos legir, al plaser de testimoniar la vertat e non pas los planhs e lo clam de qualques unes !

 

Voici maintenant le témoignage de Laetitia aide soignante dans l’Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (EHPAD) de St Sulpice (Tarn). C’est au cours d’une manifestation organisée le mardi 7 mars à l’appel des syndicats que notre reportrice Sophie a pu interviewer Laetitia.

Occitania : Pouvez vous nous décrire dans quelles conditions vous travaillez ?

Laetitia : Il s’agit d’un EHPAD qui accueille 82 résidents qui ne sont pas autonomes. Environ 70 personnes y travaillent : des infirmières, aides soignantes, psychologue, médecin, etc…

Occitania : Comment s’organisent vos journées de travail ?

Laetitia : Il existe des postes différents, parfois nous travaillons la journée continue, mais à d’autres moments j’ai un poste en coupé. C’est-à-dire que je commence le matin de 8h à 13h, puis je reviens le soir de 17h30 à 20h30. Ce sont des horaires particuliers qui ne facilitent pas la vie de famille !

Occitania : Mais pourquoi avez-vous choisi ce métier ?

Laetitia : Par vocation ! J’aime ce métier, j’aime m’occuper des personnes âgées, notamment celles atteintes de la maladie d’Alzheimer. Mais aujourd’hui il y a un décalage entre la réalité de mon travail et ce que j’imaginais. On est obligé de faire vite, c’est épuisant moralement et physiquement. Parfois les résidents ne sont pas pris en compte dans leurs besoins fondamentaux.

Occitania : C’est pour cette raison que vous manifestez aujourd’hui ?

Laetitia : oui ! Et en plus c’est la première fois que je fais grève ! A St Sulpice les conditions de travail se sont dégradées depuis que la direction a privilégié l’agrandissement de l’établissement plutôt que le personnel. Le soir nous sommes seulement trois pour s’occuper de tous les résidents, ça fait en théorie 4 minutes pour chacun ! Mais nous n’y arrivons pas, c’est impossible ! Il faut savoir qu’au coucher les résidents ressentent beaucoup d’angoisses, on n’a pas le temps de bien les accompagner. Et puis franchement j’ai souvent peur : comment faire s’il y a une urgence vitale ? Et quand je rentre chez moi ça continue à me tarauder : j’ai peur d’avoir oublié un résident !

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu