7h30, devant le Pharo de Marseille, Le rendez-vous des militants provençaux fait masse. 150 personnes, provençalistes et occitanistes sont là pour ouvrir une autre forme de rassemblement à ce congrès des Régions. Certes, ce dernier a la veille donné le ton en dénonçant une recentralisation pour beaucoup d’élus, mais il confirme pour les militants présents la logique du pouvoir centraliste parisien. A l’initiative de la liste/Appel sur change.org, initiée par Hervé Guerrera, (élu sur la commume d’Aix), les 33000 signataires témoignent du non-sens technocratique de Renaud Muselier, décidant, sans délibération à l’ordre du jour, fin 2017, du nom de la Région « SUD Paca ». Edouard Philippe, 1er ministre, arrive en cortège très contrôlé par la sécurité motorisée et les cordons de CRS établissent un sas de 10 mètres à l’entrée du palais des congrès. Prises de parole, chants, musique oc, drapeaux ne passent pas inaperçus des Marseillais qui se rendent au travail. L’arrivée des députés Gilles Simeoni et Paul Molac et du secrétaire  du Parti de la Nation Corse,  Christophe Angelini qui apportent leur soutien à cette manifestation est chaudement saluée. Ils rappellent le désir de construire des territoires différents, chacun dans leur identité culturelle et leur souci de gestion plus autonome. Difficile dans le cadre français, le message est bien reçu car il recoupe la volonté des présents.

   Le clou de cette manifestation est le communiqué de R. Muselier, gêné aux entournures, publié la veille de la manifestation. Et une demande d’entrevue de la part de son cabinet ; Hervé Guerrera dénoncera la manœuvre. La rouerie consiste à dire que Paca reste Paca mais que Sud est une marque d’identification supplémentaire pour l’international. Faiblesse de l’argument : d’un côté un rappel nominatif est fait de la Provence, et de l’autre la question de l’histoire provençale est totalement ignorée. Ces contorsions ne devraient pas tenir la route devant un juriste en droit territorial ; Muselier reconnaît de facto que son opération technocratique est avant tout un coup de pub.

La mobilisation continue pour rassembler davantage et faire en sorte que les élus provençaux s’impliquent dans cette démarche de clarification et de soutien. La manifestation du Pharo est une réussite, elle s’inscrit dans un processus de démocratisation des processus décisionnels de nos territoires. A dénoncer justement  la recentralisation du pouvoir,  la majorité régionale oublie pour autant de balayer devant sa porte.

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu