adeo

Magazine Occitania – Lo Cebier Setembre/Octobre 2018

Oct 13, 2018

Au sommaire :

L’ours un naufrage démocratique (fr).

Oceans : los aparar per subreviuer (oc).

– Una « Dintrada » dinamica : retorn sus lo forum ciutadan occitan. (oc).

Catalogne, un an après : reportage sur la « diada » du 11 septembre (fr).

Provence : au congrès des régions de France, la Provence s’invite! (fr)

Et un grand nombre d’autres articles, des photos, etc…

Alors qu’attendez vous pour vous abonner? C’est seulement 24,5 euros, paiement en ligne sur le site de l’ADEO!

Ne saber mai / En savoir +

Una Dintrada dinamica !

Oct 13, 2018

Lo forum occitan se debanèt a Tolosa lo 22 de setembre 2018. Se lo nombre de participant foguèt un pauc mens important que l’an passat (70 personas), la qualitat dels debats foguèt melhora ! Cal dire que lo programa de la jornada fasiá la part bèla als escambis e als debats, mentre que lo nombre de las intervencions « en tribuna » èra demesit. La formula agradèt, e sustot permetèt de far naisser de prepausicions concrètas.

La primièra suspresa foguèt la projeccion del film sus la corsa relai La Passem que foguèt longament e calorosament aplaudida. La delegacion bearnesa foguèt pensi pertocada per l’accuelh mai que positiu, e per las nombrosas questions que foguèran pausadas. Lo talhier « socialisacion de la lenga » organisat en seguida permetèt de cavar la question. Ambe La Passem diguèt un participant, «avetz cambiat l’imatge dels occitans : als pès an pas mai d’esclòps, ara pòrtan de las cauçaduras d’espòrt ! ». E segon d’unes participants l’image de lenga al prep dels joves es encara de melhorar per venir mai atractiva. Mantunas personas notadament dins Tarn e a Tolosa son interessadas per organisar La Passem sur lor territòri en 2020. De seguir !

Una autra tematica del forum èra lo dels medias occitans. Ferriòl Massip presentèt son trabalh ambe « Jornalet » una gaseta d’informacions sus internet. Mas per el es clar : internet es pas la solucion pels medias occitans. Crei al contrari que fa mestier una premsa « papier » coma se dis ara, e qu’aquela premsa deu correspondre a la diversitat occitana tan politica coma geografica. Un intervenent expliquèt que la perda d’un jornal coma « La Setmana » aviá tanben per consequéncia la perda d’un espandi politic pan occitan : « l’espaci mediatic e l’espaci politic se correspondon, s’avem pas un jornal que cobrís tot Occitània, perdem l’espaci politic pan occitan. Fanny Lartigot, anciana jornalista a La setmana intervenguèt per explicar la rapiditat de la fin de la societat Vistedit qu’aviá de difficultats financièras dempuèi longtemps. Regretèt tanben una manca de sosten, sens precisar quina fòrma auriá pogut prener. La comission « mèdias » que se recampèt lo temps del forum faguèt diferentas prepausicions, coma per exemple mutualisar las ressorgas entre las diferentas radios associativas que difusan d’emissions en occitan. Una de las difficultats es que lo public accepta mal d’ausir d’autras variantas d’occitan que la seuna ! Los occitans que defendan sovent la nocion de diversitat linguistica deurián metre en practica aquela polida idèa entre eles !

Enfin los participants s’interessèran a l’estat de la democracia e als enjòcs politics. Lo matin Anna Marie Hautant expliquèt lo fonccionar de l’extrema dreita a Orenja en Provença. Lo credò del conse se pòt resumir a : renovacion del patrimòni, propretat, securitat. Fa pas res per desvolopar l’atractivitat economica de la vila, fa pas res per ajudar las associacions qu’un bon nombre pleguèt, fa pas res per las escòlas e la joinessa, e vos parli pas del social ! Fin finala fa mai que mai d’economias e la comuna es assetada sus un montairon d’aur. Lo pieger es que los ciutadans se’n rendon pas compte e se daissan embobinar per la com del conse. Bernat Vaton intervenguèt el per contar coma, un bel matin en se rasent, lo president de la region PACA aviá decidit que d’ara enlà la region s’apelariá « Sud » ! Los occitanistas de Provença daissèran pas far, e menan la batesta per que Provença retròbe son nom. Mai de 35 000 personas an ja signat una peticion per aquò, e la batesta es pas acabada… Vesent a travers aqueles dos exemples que los occitanistas se devon implicar dins la vida politica. Dins lo talhier prepausat a la seguida se parlèt mai que mai de las eleccions municipalas que son previstas en 2020. De representants de diferentas organisacions : POc, PNO, País Nòstre, EELV… prenguèron la paraula e se meteron d’accòrdi per tornar lançar una dinamica collectiva sul modele de çò que faguèt « Bastir » en 2014. Una acampada es prevista lo dissabte 10 de novembre a 10h a l’ostal d’Occitània a Tolosa per lançar lo projecte.

Enfin La Dintrada acculhiguèt Max Zañartu, president de l’Alligança Liura Europenca Jove. Expliquèt lo fonccionament e sustot l’utilitat d’aquela organisacion, e prepausèt als joves occitans qu’èran present de participar a l’amassada general prevista debuta de 2019 a Bruxellas. Es de notar la prudencia dels joves occitanistas presents, que benleu gausan pas prener la paraula en public… Esperam çaquelà que l’idèa farà son camin e que la joinessa occitana capitarà a trapar sa plaça !

Uc Jourde

Ne saber mai / En savoir +

Ours : un naufrage démocratique !

Oct 13, 2018

La question de l’ours, au point où elle en est arrivée dans nos Pyrénées, n’est pas une question écologique, mais d’abord une question politique. C’est un véritable naufrage  démocratique dont nous sommes tous responsables, que l’on soit neutre, indifférent, partisan ou opposant à la réintroduction de l’ours dans les montagnes du Béarn.

Cela fait des années que les décisions sont prises à Paris et que l’ours, au bout de vingt, trente et même quarante ans de polémique, n’est pas, comme d’ailleurs n’est pas garantie la survie du pastoralisme.

Donc, objectivement, ces déchirements, ces déclarations de part et d’autre à l’emporte-pièce, n’ont eu aucun résultat si ce n’est de créer des oppositions dures, stériles et dangereuses.
Ce système arrange tout le monde. C’est à un individu, un ministre, que revient la décision. Qu’il soit opposant, partisan, peu importe, c’est la méthode qui est mortifère.

Et que l’on ne me dise pas que ce centralisme appliqué à l’écologie doit être remplacé par une décision prise  seulement localement parce qu’il suffit d’observer les uns et les autres, chez les décideurs locaux pour remarquer que finalement tout le monde est bien content de ne pas avoir de responsabilité en ce domaine.

Dans aucune des assemblées que j’ai frequentées (comme journaliste ou comme élu) je n’ai pus assister ou participer à un débat qui aurait débouché sur une décision concernant l’ours. Quand le ou la ministre est pour les lâchers on hurle, quand il ou elle est contre d’autres protestent.

Mais la question de la faune, de l’environnement ( et dedans j’y mets le pastoralisme) est une affaire qui ne peut se résoudre en un point central qui serait Paris, ni sur le seul territoire où vivent (vivaient, vivront ?) des ours. C’est une affaire collective.

Il se trouve que pour le moment le centralisme domine et que personne ne proteste sur le principe.

Ce qu’il faudrait c’est une décision partagée, mais pour cela il faut accepter de prendre des responsabilités, des compétences et d’assumer ses décisions. Jusqu’à aujourd’hui, dans les assemblées départementales ou régionales concernées, il n’a jamais été demandé à qui que ce soit de trancher. Finalement on attend la position du ministre pour s’afficher en pour ou contre.

Et le dialogue, et la concertation et même mieux : le compromis, ça ne vous dit rien ? Il existe des pays en Europe et dans le monde où la démocratie fonctionne au niveau territorial et où les élus sont obligés de trouver des compromis dans ce type d’affaire. Et paradoxalement, même si tout ne se passe pas dans la concorde et de façon paradisiaque, ce sont les endroits où faune, agriculture, agropastoralisme, vie des hommes, arrivent à coexister. Je ne prends que l’exemple des Asturies où les ours sont encore présents en nombre (200 environ). Ce fut difficile, laborieux mais les assemblées des régions autonomes eurent à prendre leurs responsabilités et des décisions. Il a fallu ménager les uns et les autres et surtout décider, et non  attendre qu’un ministre décide pour prendre une posture d’écolo ou de chasseur de fauve.

Finalement le centralisme arrange presque tout le monde, sauf l’ours. Il est plus facile de se positionner de façon radicale, de prendre une posture, plutôt que de trouver un compromis. Il est plus confortable de se positionner en insultant le ministre ou en le félicitant que de se mettre autour d’une table en se disant que de toute façon il faudra sortir avec une décision. C’est aussi le règne des lobbys. On va rencontre le ministre et ses proches pour tenter de faire pencher la balance en sa faveur…

Dans un autre domaine bien différent, Michel Rocard enferma il y a quarante ans, les responsables de l’affaire néo-calédonienne en leur enjoignant de trouver un compromis.

Le pouvoir central et sa haute administration, jaloux de leurs pouvoirs n’ont même pas cette intelligence sur l’affaire de l’ours.  Ça fleure le mépris du provincial arriéré. Mais personne chez nous ne le lui suggère. Ça fleure bon la soumission provinciale ! La décision en matière d’ours, comme en d’autres, nous échappe, avec la complicité de nos « élites ».  Quand je dis « élites » je ne dis pas seulement les élus, mais aussi les leaders d’opinion. Et cela donne un triste résultat c’est à dire de la démagogie et de la surenchère à tous les étages.

L’ours survivra peut-être à cette polémique stérile. Je n’en sais rien. En revanche je suis certain que la démocratie, le courage politique, l’intelligence politique risquent bien d’en prendre un coup.

Désolé de n’avoir pris parti que pour la démocratie dont la peau m’est très précieuse, surtout par les temps qui courent !

David Grosclaude

Ne saber mai / En savoir +

Oceans : los aparar per subreviure !

Oct 13, 2018

Dempuèi la formacion de la Tèrra, 90% de l’istòria de la vida se tenguèt dins los oceans. Aquestes acaptan 71% de la susfàcia de la planeta, provesisson  oxigèn e aiga indispensables als èssers vivents, e jogan un ròtle essencial sul climat en escambiant de grandas quantitats d’energia e d’aiga amb l’atmosfèra. Los oceans representan tanben una resèrva considerabla de biodiversitat e un enjòc de tria per un fum d’activitats umanas tocant a las ressorças alimentàrias, energeticas, mineralas, geneticas…Mas los oceans cambian en seguida de mantunas perturbacions antropicas: espleitacion e subrespleitacion de las ressorças, desrèglament climatic, desoxigenacion, acidificacion, pollucions. Aquela evolucion pessamentosa exigís de totes los Estats, la proteccion dels oceans per assegurar la subrevida dels èssers vivents.

Pesca e aquacultura

La pesca de mar se desvolopèt bravament al long del sègle XX: la produccion mondiala passèt de 20 milions de tonas en 1950, a un pic de 86 milions de tonas en 1996. Dempuèi un vintenat d’ans, las presas mondialas descréisson a causa de la subrepesca, las practicas de pesca non durablas e la pesca illegala. Uèi, 31% dels estòcs mondials serián subrespleitats. Per Euròpa, la situacion es estada e demòra pessamentosa: a la fin de las annadas 1990, mai de 90% dels estòcs èran subrespleitats. Dempuèi, gràcias als quotas restrictius de pesca, a unas  subvencions permetent de reduire las flotilhas de pesca excedentària, l’interdiccion del chalutatge prigond (1), la proporcion dels estòcs subrespleitats auriá baissat de 60% e lor biomassa crescut de 40%.

La pesca fa viure, 10 a 12% de la populacion mondiala, en Asia sustot. En 2014, a l’escala mondiala, la pesca de mar provesiguèt en mejana un pauc mai de 8 kg / persona / an. Gràcias a l’aqüacultura, los produits de la mar representan 17% de las proteïnas animalas consomadas pels umans. Aqueste percentatge sarra lo 100% dins mantunas illas e regions costièras. Per respondre al demanda dels consomators, la produccion aqüacòla mondiala passèt de 2 a 27 milions de tonas entre 1980 e 2014. Lo creis es encara pus fòrt per l’aqüacultura d’aiga doça: de 2 a 47 milions de tonas pendent lo meteis temps. Mas 70% de la produccion aqüacòla (subretot los elevatges de salmons), ven de peisses noirits amb d’òli e de farina de peis, aital, l’aqüacultura agrava lo problèma de la subrepesca. En França, la consomacion demòra establa dempuèi un desenat d’ans amb 35 kg / persona / an, dont 24 venent de la pesca, siá tres còps la racion mondiala mejana. Clarament, manjam tròp de peis (2)…

Desoxigenacion e acidificacion

La lucha contra lo declin de l’ocean e la contra lo cambiament climatic se juntan. Los escambis entre l’ocean e l’atmosfèra influencian los cicles de l’oxigèn (O2) e del gas carbonic (CO2). Dempuèi 2.8 miliards d’annadas, las cianobactèris e las algas dins l’ocean, (e puèi, pus tard, las plantas suls continents), utilizan l’energia solara per realizar la fotosintèsi que mena a l’absorpcion del CO2 e a la formacion de l’O2. A l’origina de la Tèrra, l’O2 èra rar,  plan luènh de la concentracion de 20.8% dins l’atmosfèra de uèi, en ligam dirècte amb la vida. Sus Tèrra, prèp de la mitat de l’O2 ven de l’ocean. Los efièches combinats del cambiament climatic, de las pollucions e de la subrecarga en nutriments, augmentan fòrça lo nombre e la susfàcia de las « zònas mòrtas » de nauta mar e d’aigas costièras, ont lo nivèl d’O2 es pas sufisent per assegurar la subrevida de la majora part de la vida marina (3).

Las activitats umanas, amb los regets dels gases a efièch de sarra, CO2 sustot, son la causa primièra de l’augmentacion constanta del cambiament climatic. Uèi, l’ocean absorbís prèp de 30% del CO2 atmosferic, loqual un còp dissòut se transforma en acid fèble. Aital, l’aciditat dels oceans a augmentat de 30% dempuèi la revolucion industriala. L’acidificacion agís d’un biais negatiu sus la biodiversitat en inibent la fabricacion dels esqueletas e de las cauquilhas calcàrias de mantunes organismes marins (peisses, espècias planctonicas, coralhs, muscles, ustras…). Totas las extincions massissas que se faguèron dins l’istòria geologica dels oceans lo son estadas pendent d’episòdis de fòrta acidificacion. Aqueles episòdis foguèron acompanhats d’un rescaufament e d’una diminucion de la disponibilitat en O2 (2).

Calor e pollucions

A primièra vista, l’ocean apareis coma nòstre melhor aliat per luchar contra lo cambiament climatic, perque absorbís pas solament 30% de nòstras emissions de CO2, mas tanben prèp de 93% de nòstre excedent de calor. Mas aquestas absorpcions son pas sens consequéncias per l’ocean dont las aigas de susfàcia se son rescaufadas de 1°C en mejana dempuèi 1950. La desoxigenacion e l’acidificacion contunharàn de créisser a mesura que l’ocean se rescaufarà. Lo rescaufament de l’ocean (e de la Tèrra tota) entraïna: disparicion de la banquisa d’estiu en Arctic, elevacion del nivèl de la mar (de 8 cm dempuèi 1993, deguda a la fusion dels glacièrs e de las calòtas glacialas e a la dilatacion de l’ocean) amb una menaça lanhosa per mantunas regions costièras sovent fòrça pobladas, desplaçament de mantunas espècias cap a de zònas oceanicas mens caudas, proliferacion d’algas, dont unas microalgas toxicas (2).

La baissa de la biodiversitat marina ven de la fòrta pression antropica. Amb la subrepesca e lo rescaufament de l’ocean, aquela baissa a tanben per causa: demografia, torisme, rebuts agricòlas, aqüacultura, pollucions pels idrocarbures offshore, produits quimics, rebuts de matèria plastica… Uèi, los oceans contenon une tona de rebuts contra cinq tonas de peis, e al ritme actual, en 2050, se traparà mai de rebuts que de peisses (4). Pression antropica e catastròfas naturalas degalhan los escuèlhs coralins e las selvas de paletuvièrs suls litorals tropicals e intertropicals. Los primièrs abrigarián 30% de la fauna e de la flòra marinas, alara que cobrisson 0.2% dels oceans. Prèp de 25% dels coralhs serián desapareguts al long dels 20 ans passats. Uèi, los 50% de la rèsta serián dins una situacion critica de blanquiment. Las segondas jogan un ròtle important per la proteccion de nombrosas espècias marinas, las còstas pendent los eveniments ciclonics, l’apòrt en carbòni als oceans venent de las zònas costièras (2).

 

Ocean nòstra subrevida

« La mar es la vasta sèrva de la natura. Aquò’s per la mar que lo glòb per o dire aital comencèt, e qual sap se s’acabarà pas per ela »: aital s’exprimís lo capitani « Nemo » dins « Vingt mille lieues sous les mers ». Jules Verne, escrivan profetic, aviá ja consciéncia de las formidablas menaças quichant sus la mar. Uèi, las activitats umanas degalhan las condicions de vida de nombroses èssers vivents sus tèrra e dins las aigas. Lo ritme d’extincion de las espècias revela una crisi majora que pòt menar a la seisena granda extincion (5). La riquesa de la biodiversitat marina apareis considerabla. Demest los 35 000 escapolons de plancton que la goleta Tara (2) prelevèt en 2015 e 2016, mai del terç dels microorganismes collectats e 99% dels genòmas virals èran desconeguts. Dins los oceans, 91% de las espècias eucariòtas (fonges, plantas e animals) demorarián desconegudas. Sèm davant una situacion plan malaisida: mantunas espècias marinas nos demoraràn  desconegudas, perque ja avalidas o a mand de l’èsser, a causa de nòstras activitats…

Existís pas cap de tractat per protegir la biodiversitat o conservar los ecosistèmas vulnerables de l’ocean, al despièch de l’acòrdi de Paris de 2015 e de la Conferéncia sus l’Ocean de 2017 (6). Per evitar una catastròfa umanitària mondiala, los Estats devon al pus lèu agir per: aturar la subrepesca (en copant las subvencions a la pesca non durabla), reduire fòrtament l’utilizacion dels combustibles fossils e los diferents regets (coma los objèctes de plastica d’usatge unic) e alargar lo malhum mondial de las airas marinas protegidas, que uèi, pas que 7% de l’ocean seriá protegit (7).

Fernand Vedel

Referéncias

1 – Claire Nouvian (associacion Bloom) recebèt lo 23.04.2018, a San Francisco, lo Prèmi Goldman,          equivalent del Prèmi Nobel de l’environament, per sa lucha contra lo chalutatge prigond (mai de 800 m).

2 – A. Euzen et al. (2017) L’océan à découvert, CNRS Editions (obratge de referéncia de135 articles mobilisant      prèp de 160 cercaires).

3 – D. Breitburg et al. (2018) Declining oxygen in the global ocean and coastal waters, Science, 359, issue 6371.     DOI: 10.1126/Science.aam 7240. From The Global Ocean Oxygen Network (GO2NE) of the UNESCO.

4 – J. Attali (2017) Histoires de la mer, éditions Fayard.

5 – F. Vedel (2009) Biodiversitat lo mestre mot de la vida, Occitania, 165, 14-15.

6 – The Ocean Conference, United Nations, New York, 5-9 june 2017. https://oceanconference.un.org

7 – O. Heffernan (2018) How to save the high seas. Nature 557, 153-155.

 

Ne saber mai / En savoir +

Abelhas e insectes en dangièr

Août 15, 2018

Pauc d’insèctes tocan nòstra imaginacion tant coma las abelhas. Sustot, las abelhas de mèl, de l’espècia Apis mellifera, fan partida dempuèi longtemps de nòstre eritatge literari e agrèst. Son estadas laudadas pels poètas e escrivans (Virgili dins las Georgicas,  Shakespeare dins HenryV…), e lors colonias consideradas coma una metafòra de las societats umanas. Dempuèi gaireben 25 ans, aqueles insèctes meravelhoses desaparéisson, amb un fum d’autres insèctes, sustot dins los païses d’agricultura intensiva. Los responsables d’aquela catastròfa son nombroses, mas entre eles, una categoria de pesticidas, los neonicotinoïdas o « neonics », son guinhats pels abelhaires e las associacions ecologistas.

Amigas de longa

D’abelhas son estadas trobadas dins de fossils de 100 milions d’annadas, una datacion correspondent a las primièras flors. Uèi, 25 000 espècias d’abelhas se trapan dins los diferents continents, levat Antarctic. Las abelhas de mèl apertenon al genre Apis, vièlh de 35 milions d’annadas, e son representadas per un detzenat d’espècias, una part fòrça febla de la diversitat de las abelhas (1). Encara que, per unes scientifics, sas originas sián pas totalament seguras, A. mellifera vendriá de l’èst african, aquí ont los umans podrián tirar lor origina. Al long de la preïstòria, los grops de caçaires-culheires culhissián los nius d’abelhas jocats fàcia a un bauç, coma mostrat per unas pinturas rupèstras d’Espanha. La domesticacion de las abelhas s’es desvolopada independentament dins mantunas regions del mond, coma per exemple en China amb l’espècia Apis cerana fa un pauc mai de 3 000 ans. En 1852, L. Langstroth, un clergue de Philadelphia, faguèt brevetar lo bornhon modèrn: una boita de las multiplas brescas amoviblas. Karl von Frisch (prèmi Nobel en 1973), mostrèt que las abelhas  son capablas de far passar gràcia a lors danças, de messatges indicant la direccion, la distància, l’abondància e la qualitat de las sorgas de nectar (2). En 2006, la primièra sequéncia d’un genòma d’A. mellifera foguèt establida e una espectaclosa diversitat dels gènes dels receptors olfactius caracterizada. Es tanben en 2006, que los cases d’esfondrament de las colonias d’abelhas foguèron nomenats « colony collapse disorder » (CCD), per D. vanEngelsdorp, un abelhaire de l’estat de Pennsylvania (1). La bona santat de las abelhas (e dels autres insèctes pollinizaires) es fòrça importanta per nòstra alimentacion: segon l’Organizacion de las Nacions Unidas per l’alimentacion, entre las 100 espècias de plantas cultivadas, provesissent 90% dels aliments del mond, 71 an besonh d’èsser pollinizadas pels insèctes.

Un aflaquiment pensamentós

Dempuèi 25 ans, los tausses de mortalitat de las colonias d’abelhas an bravament crescut. En ivèrn atenhon 30% en mejana, e de colonias desaparéisson tanben en cors d’annada. Cada an en França, 300 000 colonias son perdudas menant 4 500 abelhaires a quitar lor activitat. La produccion nacionala annadièra de mèl es passada de 35 000 tonas en 1990 a mens de 10 000 tonas en 2017. Los factors responsables  d’aqueste malastre son nombroses.

Mantun abelhaires professionals seleccionan d’abelhas « productivas », domètjas e practicas, reduisent la diversitat genetica de l’espècia e sas capacitats d’adaptacion. De mai, las abelhas « engraissadas » amb de sucre de milh abans d’èsser mudadas suls sites de fecondacion o de culhida, s’aflaquisson fàcia a las infeccions. Unas malautiás de las abelhas venon dels virúses, mas ça que la, cap d’eles sembla pas pro agressiu per explicar l’avaliment d’una colonia. L’IAPV, lo virús israelian de la paralisia aguda, mena a la mòrt de las abelhas sonque quand es associat al parasit Varroa destructor. Aqueste acar originari d’Asia del sud-èst èra a l’origina un parasit d’A.cerana, abans de parasitar A.mellifera, a partir de 1987 als Estats Units e de 1992 en Euròpa (1). Lo Varroa aflaquís las abelhas en se noirissent d’emolimfa (sang dels insèctes) amb per consequéncias: malformacions, aflaquiment del sistèma immunitari favorizant infeccions viralas e fongicas. Lo fonge Nosema responsable de micòsi, es un parasit intracellular obligatòri, provocant de simptòmas de diarrèa. L’associacion del Nosema amb Varroa o IAPV representa un coctèl fatal per las abelhas, alara que cada element sol es pas fatal. D’autres factors contribuisson al mal-èsser de las abelhas: bactèris, pollucion, desrèglament climatic, espècias invasivas, novèls predadors coma lo forsalon asiatic (Vespa velutina, present en França dempuèi 2004) e sustot pesticidas. Entre aquestes, los neonics,  insecticidas neurotoxics de darrièra generacion alarman bravament abelhaires e ecologistas.

Neonicotinoïdas o neonics

Erbicidas e insecticidas representan doas grandas categorias de pesticidas. En destruisent las plantas adventicias coma las espècias meissicòlas (rosèla, blavet, nièla…) los erbicidas (coma lo glifosat), reduison directament la nutricion de las abelhas e participan a lor aflaquiment. Son vaporizats sus las plantas que sián o pas OGM. Amb los insecticidas, e dins lo cas de las plantas de granda cultura, la vaporizacion daissa la plaça a d’insecticidas sistemics: siá l’insecticida es sintetizat dins cada cellula de las plantas OGM qu’an integrat un gèn codant per una toxina insecticida de la bactèri Bacillus thuringensis, siá un insecticida de darrièra generacion, un neonic, revestís las granas que sián o pas OGM. Aqueste tractament de las semenças mena après germinacion a l’incorporacion del produit dins totas las cellulas vegetalas. Los neonics actius a l’escala del nanograma (miliarden de grama) son estats guinhats tre 1994 pels abelhaires franceses, a causa de la concomitància de l’utilizacion del neonic imidacloprida dins los camps de virasolelh e de l’aflaquiment de las colonias d’abelhas. La remanéncia dels neonics dins lo sòl a tanben per consequéncia lor preséncia dins las culturas seguentas de las semenças non tractadas. Doas sòrtas de toxicitat se destrian amb los insecticidas: la toxicitat aguda d’una dòsi massissa de produit d’una sola presa e la toxicitat cronica correspondent a de dòsis feblas o fòrça feblas, repetidas pendent de meses o d’annadas. La darrièra sòrta correspond al mòde d’accion dels neonics: de falses senhals neuronals s’amontairan al long del temps e fan que las abelhas sabon pas pus dançar, e desorientadas, tornan pas trobar lor bornhon. D’autra part, los neonics en combinason amb Nosema o Varroa pòdon menar lèu fach a la mòrt de las colonias. Aqueles produits quimics se trapan dins gaireben totes los mèls collectats dins lo mond entièr entre 2012 e 2016 mas, las concentracions neuroactivas per las abelhas demòran autorizadas per la consomacion umana (3)…

La biodiversitat en dangièr

L’utilizacion dels neonics, e d’un biais general, las condicions environomentalas impausadas pels umans, menan pas solament a l’esfondrament de las colonias d’abelhas, mas tanben a lo de tota l’entomofauna e dels invertebrats. Las populacions d’insèctes volants aurián baissat en Euròpa de prèp de 80%  pendent los trenta ans passats (4). La rarefaccion dels insèctes a entraïnat tanben la disparicion en 15 ans de 30% de las populacions d’aucèls del campèstre francés (5). Euròpa ven d’interdire (lo 27.04.2018) l’utilizacion dels tres neonics los pus utilizats (imidacloprida, thiametoxama e clothianidina: moleculas activas respectivament de las marcas comercialas Gaucho, Cruiser e Poncho), 24 ans après las primièras alertas!. Aquela decision interven alara que los degalhs sus la biodiversitat son fòrça importants e benlèu en partida irreversibles. Abelhaires e ONG se son trucats longtemps al poder del lobby agroalimentari fòrça influent al prèp de mantunes politics dont la salvagarda de la biodiversitat, de la santat dels umans e de la de la planeta es pas la primièra preoccupacion. Las alternativas als neonics existisson: en 2017, gaireben 37 000 agricultors francéses practicavan amb succès una agricultura biologica sens neonics sus 1.8 milions d’ectaras…

Fernand Vedel

Referéncias

(1) The beeline. Honeybees and humans: a shared past (2015) Nature Outlook. Nature, 521: S50-S51.

(2) Vie et mœurs des abeilles (1969),  revirada de A. Dalcq, Albin Michel, segon la 5ena edicion alemanda de Aus dem Leben der Bienen de Karl von Frisch.

(3) C.N. Conolly (2017) Nerve agents in honey: Analysis of local samples shows global landscape contamination by pesticides. Science, 358: 38-39.

(4) C.A. Hallman et al. (2017) More than 75 percent decline over 27 years in total flying insect biomass in protected areas. PloS One: https///doi.org/10.371/journal.pone.0185809

cf un resumit per: G. Vogel (2017) Where have all the insects gone?. Science, 356: 576-579.

(5) L. Geoffroy (2018) Où sont passés les oiseaux des champs? Publicacions del CNRS et del MNHN, lo 20.03.2018: https://lejournal.cnrs.fr/articles

Ne saber mai / En savoir +

Crise au CFPO Toulouse

Août 15, 2018

Le Centre de Formation professionnelle Occitan basé à Toulouse s’est mis en grève du mois d’octobre 2017 jusqu’en mai 2018! Cette structure est en fait une émanation de la confédération des Calandretas. Elle propose des formations en langue occitane aux demandeurs d’emploi. Jusque là que du bonheur ! Mais un conflit a éclaté à Toulouse entre les 7 salariés du CFPO et les responsables associatifs de la confédération des Calandretas. Le 19 mai dernier, ces salariés ont organisé une journée de discussions le « printemps occitan» pour échanger avec tous ceux qui rencontrent des situations similaires. Une cinquantaine de personnes (salariés, étudiants, simples citoyens) ont participé à ces débats. Votre magazine Occitania était présent et à cueilli au vol des prises de paroles très surprenantes qui révèlent des difficultés dans les rapports professionnels au sein de certaines associations occitanes. Afin d’informer de façon la plus complète ses lecteurs, votre magazine a ensuite contacté la confédération des Calandretas, qui donne son point de vue par la voix de Miriam Bras.

L’idée générale de ce dossier n’est pas de dire qui a tort ou raison, mais d’aider à une prise de conscience : d’une part  les moyens attribués par les pouvoirs publics sont scandaleusement insuffisants pour espérer faire vivre dignement la langue et la culture occitane. Subventions stagnantes voire en baisse, emplois précaires … l’état, et le gouvernement actuel font tout ce qu’il faut pour ne pas rendre attractif le milieu occitan. D’autre part les bénévoles dans les associations sont parfois démunis, et ne savent pas toujours instaurer un dialogue social serein. Ils devraient être accompagnés et formés car l’encadrement de salariés ne s’improvise pas !

Réunion du 19 mai, Verbatim :

Un formateur du CFPO : « moi je peux témoigner que les gens qui débutent une formation en occitan sont super motivés, mais après il y a un grand découragement car cela ne débouche sur rien. J’ai aussi croisé dans la rue des gens que j’avais formé quelques années auparavant et qui me disent qu’ils ont changé de voie et qu’ils ne veulent plus entendre parler d’occitan. Il y a quelque chose qui déconne dans le milieu professionnel occitan ! »

Un chercheur d’emploi : « Moi j’ai travaillé dans deux structures différentes dont une association dans le Tarn. Et là on ne m’a pas renouvelé parce que je n’étais pas « fan ». Je ne faisais pas d’heures sup gratuitement. »

Une étudiante : « Dans le milieu occitan on demande toujours plus. Il faut être militant et pas seulement salarié. Moi je suis étudiante à Montpellier et c’est pareil : les profs organisent des trucs en plus et on se fait tomber dessus si on y va pas ! ».

Un professionnel : « Moi j’ai choisi de travailler dans l’occitan, j’ai accepté d’avoir un salaire divisé par deux. Les responsables associatifs sont des bénévoles qui donnent de leur temps. Il faut voir aussi que les associations occitanes n’ont pas les moyens ! Elles fonctionnent avec des contrats aidés de durée limitée, ce qui fait qu’une fois que les gens sont formés, ils doivent partir ».

Une formatrice : « Moi j’ai travaillé dans le privé, alors en venant dans une association je pensais que ce serait super. Mois non ! Les patrons sont aussi pourris qu’ailleurs ! »

Un autre professionnel : « Il serait intéressant de voir le profil sociologique des personnes qui sont à la direction des associations occitanes. Souvent ils sont issus des catégories socio professionnelles les plus élevées (universitaires, etc..), ils sont bien installés, ils ont un réseau de relations importants. Ils donnent énormément de leur temps mais ils ne se rendent pas compte de ce que c’est que la précarité. »

Un ancien bénévole associatif : « Je suis assez surpris d’entendre tout ce que je viens d’entendre. Pour avoir été moi-même en responsabilité dans une association je peux vous dire que je n’ai jamais menti aux personnes que j’ai embauchées en contrat aidé. J’ai toujours dit que c’était du provisoire. Une des raisons qui font que j’ai arrêté mon engagement c’est que les pouvoirs publics ne donnent pas les moyens de vraiment se développer. Ils donnent le minimum aux asso occitanes, juste assez pour qu’elles vivotent, pas plus. C’est un choix politique. »

Un formateur du CFPO : « Le CFPO de Toulouse a versé de l’argent à Calandreta qui n’a pas été remboursé. Du coup le CFPO s’et retrouvé en « faillite ». Et ensuite il a été reproché aux salariés de ne pas bien faire leur travail, d’avoir coulé le CFPO ! Au nom de la « cause » occitane il y a des magouilles et des dérives inadmissibles. Nous on est pas d’accord, on veut s’émanciper.»

Votre magazine a cherché à comprendre : Nous publions ici la réaction de Miriam Bras responsable des Calandretas qui nous donne (en occitan) sa version. « Cò que se passa ambe lo CFPO de Tolosa es pietadós !  Avèm creat lo CFPO fa 20 ans ambe qualques unes de Calandreta. La tòca èra de formar las ajudas mairalas que sovent sabon pas l’occitan. Cal plan comprendre que los ¾ del monde format pel CFPO son de salariats de Calandreta. Lo probleme es que lo CFPO de Tolosa es estat mal gerit. Es estat plaçat en redreçament judiciari en 2015. Pendent d’annadas paguèt pas lo loguier que deviá a Calandreta. Un plan de redreçament sus 5 ans es estat mes en plaça, mas s’es pas melhorat. Los salariats se son metuts en cauma brutalament sens aver fa part de reivindicacions abans. Quand avèm enfin recebudas las revindicacions aquò reveniá a mai o mens doblar las despensas, çò qu’èra irrealista, vist la situacion financièra ! La conclusion de tot aquò serà probablament la tampadura del CFO de Tolosa, la liquidacion judiciari, domage ! Cò que trapi pietadós tanben son las criticas suls benevòles que s’engajan. Ieu disi urosament que i a de foncionaris o d’ensenhaires que s’engajan per far virar las associacions ! ».

Ne saber mai / En savoir +

Magazine Occitania – Lo Cebier mai-juin 2018

Mai 31, 2018

Au sommaire du magazine Occitania : un dossier sur mai 68 avec une évocation inoubliable de Daniel Rifà, la vie d’un jeune étudiant à Toulouse en mai 1968. La cité U comme si vous y étiez!

Et puis

  • « ALE un partit europeu per portar la paraula dels pòbles » de David Grosclaude.
  • « Moins d’élu-e-s c’est plus de centralisation et plus de technocrates » d’Hervé Guerrera »
  • « Le conflit à la SNCF : privatisation ou défense d’un service public? » de S.F.
  • « Nanomaterials, pertot presents mas ambe quin risques per la santat e l’environament? » de Fernand Vedel
  • « Et si les salariés se révoltaient? » de Loïc Steffan

Et de nombreux autres articles encore!

Ne saber mai / En savoir +

Joli mois de mai 68

Mai 31, 2018

Avant

Fils d’ouvriers né en 1947 à Castres, j’ai fait mes études au lycée Jean Jaurès de la 6ème à la Terminale (Math-Elem). La proportion d’enfants d’ouvriers et d’agriculteurs est plutôt faible. Comme tous ces parents, les miens ont consenti un effort financier important pour mes études. Je leur en suis infiniment reconnaissant de ce privilège. C’était un lycée de garçons, blouse grise obligatoire pour les internes, les blue jean’s seront interdits lorsqu’ils commenceront à arriver sur le marché, les pions s’apparentaient à des gardes qui devaient faire, entre eux, des concours de nombre d’heures de colle et on faisait presque dans la culotte si on était convoqué chez les surveillants généraux. Et je ne parle pas d’aller chez le proviseur ! D’ailleurs, sa seule apparition à la sonnerie annonçant le début des cours, créait une ruée d’ensemble des élèves (« Pet, le Djo ! ») qui se mettaient illico en rang 2 par 2 devant leur classe. Silence de mort, mieux qu’à Lansdowne Road (Eire) au moment de la transformation.

La répression étant l’engrais de la rébellion, on n’était pas en reste et on avait compris la force du collectif même si la note était salée. Muette collective (bruit sourd, bouche fermée), chaise pourrie au bureau du prof pour qu’il s’achoule en s’asseyant, clous arrachés au tableau pour ne pas pouvoir pendre les cartes en histoire-géo, craies volées, chahuts organisés, chouingom chauffé sur le poêle et étiré en l’air pour que le prof prenne son visage dans cette sorte de toile d’araignée,claquements des anneaux de classeurs à la sonnerie de fin de cours et même départ en masse de la classe, … .

Les punitions collectives pleuvaient. D’ailleurs, aller en colle multipliait les (mal)chances d’en sortir avec une autre pour le jeudi suivant, le pion épiant le moindre chuchotement. Un exemple de sanction : pour avoir séché en fin d’année et en groupe une heure de Physique en Terminale un lundi de 8 à 9 h (on n’en pouvait plus du rythme de travail sachant que les horaires étaient du lundi au samedi de 8 h à 12 h et de 14 h à16 h ou 17 h mais jeudi après-midi libre sauf colle, bien sûr), le proviseur nous a tous collé un dimanche (8 h – 12 h et 13 h -18 h). Une longue quinzaine entre 4 murs.

Cette entrée en matière pour dire que la génération qui allait passer en fac avait fait sans le savoir son stage « opposition à l’autorité institutionnelle (école, armée, police, …).  D’ailleurs, il y avait eu en 1964, une journée de grève lycéenne contre le plan Fouchet sur l’Université avec piquets de grève et défilé en ville. Un des slogans était « Fouchet a-t-il perdu ces facultés ? ».

En septembre 1965, je vais à l’Université Paul Sabatier à Toulouse. Donc cité U, resto U (pas encore super U, non, mais çà viendra). Si les cours sont mixtes (quelle nouveauté) par contre dans la cité U, il y a les bâtiments pour filles et ceux pour garçons. Je rappelle qu’à cette époque, la majorité est à 21 ans. Donc on est des enfants (filles et garçons) et pas des adultes (jeunes femmes et jeunes hommes).

Les hormones aidant, le soir après le resto U,  les fauteuils et sièges du hall des bâtiments jeunes femmes sont occupés par des couples qui visiblement ne révisaient pas leurs cours (sauf, peut-être, ceux de biologie). Le veilleur de nuit, homme compréhensif et bienveillant, quittait de temps à autre son comptoir pour aller voir si le local technique fonctionnait bien (je suppose). Les couples en profitaient pour s’enfiler (dans les escaliers) et pénétrer (dans les chambres). Plus tard, le jeune homme redescendait, passait devant cet aimable veilleur qu’il saluait poliment, lequel lui souhaitait une bonne nuit réparatrice. Il était en effet interdit de monter dans les étages mais, semble-t-il, rien n’interdisait d’en descendre.

Cette comédie a duré un temps puis les étudiants se sont organisés (réunions, débats, élaboration d’un sondage sur la liberté de circulation, dépouillement, lettre au CROUS, rencontres délégués-administration, …). Bref, mon deuxième stage : comment faire bouger une administration sur un sujet apparemment immuable.

A la rentrée 1967, la libre circulation dans les bâtiments est acquise. Gros carnaval dans les couloirs pour fêter çà.

Pendant

Difficile de dire à quel moment a commencé mai 68 pour moi. Pour autant que je me souvienne, j’ai le sentiment que tout s’est mis en place relativement vite : agitation étudiante, information par la radio, discours syndicaux place du Capitole, arrêt des cours, fermeture de la fac, grève générale. L’effet de la grève fut visible rapidement : alimentations peu fournies, bureaux de tabac quasiment vidés, essence rare. Du moins à Toulouse.

L’emploi du temps était simple : le matin était affiché la liste des commissions et débats, lieu et horaire. Les thèmes fourmillaient : politique, société, art, économie, poursuite de la grève, report des examens en septembre et octobre, … . L’après-midi, AG où on reprenait les comptes rendus des commissions et débats de la veille qui avaient été imprimés et distribués à l’entrée de l’amphi. Suivaient de nombreux votes pour valider les décisions. La Gestetner chauffait ! Ça bouillonnait d’idées dans un climat enthousiaste mais sérieux, Même si certaines interventions étaient un peu délirantes. Bon, çà détendait l’amphi.

Le soir, descente en ville si des mots d’ordre avaient été lancés.

Parallèlement, des équipes de nuit patrouillaient le long de l’enceinte de la fac contre les intrusions, d’autres recueillaient des fonds pour le mouvement étudiant. Des équipes allaient dans la campagne proche chercher des légumes et autres denrées pour les redistribuer dans des quartiers comme Empalot pour soutenir les ouvriers grévistes.

Un mouvement organisé, tout de même.

Ce beau temps de mai persistant, au fil des jours, les manifestations en centre-ville ont augmenté en tension. Pas vraiment d’affrontements avec les CRS (slogan : CRS – SS) mais festival de grenades lacrymogènes. Tirées en l’air, elles retombaient à travers les branches des platanes du boulevard de Strasbourg en haut de Wilson. Le jeu consistait à ne pas les prendre sur la tête puis de les envoyer d’un coup de pied dans les égouts. Surtout ne pas les ramasser à la main car brulantes. J’ai eu ainsi la surprise de croiser le fils du chef (je connais pas les grades militaires) de la gendarmerie de Castres. Vêtu d’une blouse blanche avec une grande croix rouge dans le dos, il portait un seau d’eau bicarbonatée. On trempait le mouchoir dedans pour s’humidifier les yeux et atténuer l’effet des grenades.

Un soir, après souper, je suis allé en ville avec un copain, Joël. Arrivés à Wilson, on découvre une énorme barricade de 2 m de haut faite de pavés, de pierres, de ferrailles, qui barrait la rue Lafayette. Juste un étroit passage côté droit. Les autres rues ainsi que les boulevards de Strasbourg et Carnot étaient calmes sans CRS. Sur Wilson une foule de manifestants, peu bruyants. On a ressenti comme un malaise et on a préféré passer de l’autre côté de la barricade. La rue Lafayette est vide, jonchée de cailloux, de gros boulons et autres projectiles. Deux ou trois types font des photos dont un que je connais qui était au lycée, fils d’un charcutier à Castres. Il nous photographie. J’aime pas trop. Il me dira plus tard que les CRS lui confisqué la pellicule. J’avais raison de pas aimer.

Au fond de la rue Lafayette, vers Capitole, au niveau de la Poste, une armée noire de CRS, silencieux, immobiles. On se dirige vers Alsace-Lorraine quand une énorme clameur s’élève de l’autre côté de la barricade. Des hurlements, des coups. La charge violente des CRS qui prennent les manifestants à revers. Quelques personnes giclent du passage étroit.

En même temps, une autre clameur répond à la première. Les CRS de la poste chargent vers la barricade. On n’a pas d’autre issue que de courir vers eux et d’arriver à tourner à droite dans Alsace-Lorraine avant la marée noire. On court dans Alsace-Lorraine comme des dératés (c’est beau d’être jeune). Plus loin, on essaie d’ouvrir des portes. Fermées. Les bourgeois assurent leur tranquillité. Les CRS ne nous ont pas poursuivi ayant besoin de faire de l’exercice devant la barricade après leur longue immobilité.

On décide de rentrer à pied (pas de bus) à Rangueil en contournant la place du Capitole. Et on tombe nez à nez sur un fourgon de CRS qui, aussi sec, nous tombent dessus. Joël prend un coup de matraque sur une pommette et l’arcade. Il fléchit sous le choc. L’officier crie « Ne frappez pas ! » En face de moi, un gros moustachu (genre le beauf de Cabu, si vous voyez) gueule « Un coup, chef, juste un coup ! » La trouille m’a chopé. Le chef crie de nouveau « Ne le frappez pas !». J’ai vu beaucoup de frustration dans la moustache. Sans ménagement, ils nous font monter à l’arrière de fourgon. Je plonge carrément dedans pour éviter le coup de Ranger au cul mais il est plus rapide que moi. Moins frustré, peut-être ?

Dans le fourgon, il y a 3 ou 4 types un peu plus âgés que nous. Le fourgon démarre et remonte Alsace-Lorraine vers Esquirol. 2 ou 3 fois, il va s’arrêter pour nettoyer de petites barricades et se dégourdir les jambes et le gourdin. A l’une d’elles, ils attrapent un homme d’une trentaine d’années et le fourrent violemment dans une sorte de cage du fourgon. Il a la veste totalement déchirée et le visage en sang. Un CRS dit  «  Le salaud voulait donner un coup de pioche dans le dos de Machin. Heureusement que j’arrivais. ».

Terminus, le rempart St Etienne. On descend et on passe dans une haie d’honneur faite de CRS et de policiers. « Mains en avant tournées vers le haut ». Si elles sont sales ou calleuses, c’est que tu as jeté des pierres donc tu ramasses des coups. Logique imparable bien que sommaire. Je serre les fesses mais rien ne m’arrive. Sale temps pour les travailleurs.

On nous entasse dans une salle. On doit être une petite centaine. On ne peut pas tous s’asseoir en même temps. De temps en temps, des types en civil viennent chercher quelques gars par paquet de 2 ou 3. Avec Joël, on se met près de la porte. Un civil arrive, on lui dit qu’on est ensemble. Il nous prend. Il demande à Joël de raconter sa soirée. On s’était mis d’accord sur une petite histoire d’étudiants gentils, propres sur eux. On était allé au cinéma, puis à la sortie on rentrait à Rangueil à pied (pas de bus) quand on a été pris. Voilà, Monsieur l’Agent. Il nous ramène. La salle est enfumée. Un policier dit « Arrêtez de fumer, çà devient irrespirable, ici ». Du coup, on en profite pour en griller une mais on les économise car on n’en a pas beaucoup et on ne sait pas si ça va durer longtemps. Un peu avant l’aube, le civil revient et nous amène vers une pièce. Sur la porte, je lis DST. Un autre civil en sort et dit « Arrêtez de m’en amener, je n’ai plus de plaques photos » On refait le chemin à l’envers. Au bout de quelques pas, le civil stoppe et demande à Joël de raconter à nouveau sa soirée. Il me revient maintenant que Joël avait tendance à accrocher les mots en parlant mais ça ne m’a pas fait rire à ce moment-là. L’autre suivait sur son rapport. A la fin, il nous regardé puis : « Vous pouvez partir. Mais écoutez-moi bien. Si on vous rechope, çà va aller très mal pour vous. Compris ? ». D’ailleurs, l’année suivante, en me renseignant sur la prolongation de mon sursis à Compans-Caffarelli, je comprends vite que mon fichage me suit et que l’armée m’attend de pied ferme. Grâce à un empilement de dossiers médicaux, plutôt complaisants, j’arrive à me faire exempter lors de la sélection des 3 jours à Auch.

Il nous a escorté jusqu’à la sortie. On s’est retrouvé au petit matin dans la rue. L’air avait une odeur agréable et légère. Je pense que c’était l’odeur de la liberté. On est allé prendre un café, avec la mine d’une nuit blanche et Joël un énorme cocard. L’animation dans la rue était normale. On a pris le bus qui roulait normalement. Alsace-Lorraine était normalement nettoyée et animée. Il s’était passé quelque chose la nuit dernière ?

Après

Je suis resté quelques jours encore à Paul Sabatier. Le mouvement s’essoufflait, les étudiants quittaient la fac, l’enthousiasme retombait.

J’ai dit au concierge du tripode que j’avais réservé la chambre pour la rentrée (çà m’évitait de la vider), j’ai fait mon sac et je suis allé à Matabiau avec mon Solex prendre le train pour Castres. Ne me restait plus qu’à trouver un boulot d’été mais ce n’était pas difficile à dénicher à l’époque si on prenait ce qui se présentait (vendeur, bâtiment, fromagerie, fabrique de meubles, volaille en gros, …).

Cohn-Bendit est expulsé le 21 mai mais revient incognito en France une semaine après.

Le 29 mai, de Gaulle va discrètement à Baden-Baden (Allemagne) pour rencontrer Massu. Voir extrait du Monde du 22/05/2008 ci-dessous. Le 30 mai, il annonce qu’il ne se retirera pas (une blague circulait : Tante Yvonne se demandait si cette décision concernait aussi leur couple). Cette annonce est suivie d’une énorme manif de costard-cravate et tailleurs en soutien à Charlot avec, en tête, Malraux et Debré totalement hystériques.

La Vème République a bien tremblé mais elle s’est vite ressaisie, va ! D’ailleurs on l’a encore et elle n’a pas évolué. Bien centraliste, bien jacobine, bien nucléaire, bien policière.

Danièl Rifà, març de 2018.

 

[…] Il semble que le président de la République a rencontré des chefs militaires, parmi lesquels le général d’armée Massu, commandant les forces françaises en Allemagne, et le général de corps d’armée Beauvallet, gouverneur militaire de Metz et commandant la VIe région militaire.

Toujours selon les mêmes sources, les chefs militaires ainsi consultés ont non seulement assuré le général de Gaulle de leur loyauté, mais ils ont également précisé que l’armée garantira, le cas échéant, la sécurité des élections générales annoncées le 30 mai. En même temps, un plan prévoyant en cas d’urgence l’implantation à Verdun d’un PC opérationnel a été établi au cas où des troupes françaises ramenées d’Allemagne auraient à intervenir.


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/le-monde-2/article/2008/05/22/de-gaulle-rencontre-massu-a-baden-baden_1048083_1004868.html#2oa8h77Y29a03YcH.99

 

Le Monde-2 du 22/05/2008

Ne saber mai / En savoir +

Magazine Occitania – Lo Cebier

Mar 24, 2018

Avec au sommaire un grand nombre d’articles en français et en occitan :

Nouvelles d’Europe.

Corse : un message de fermeture.

Les alsaciens se prennent en main!

Urgéncia de la transicion agroecologica.

Accueillons les migrants!

Macronades.

Television : los occitanistas s’estripan!

Toulouse, capitale des Wisigoths.

Al musèu « Te papa ».

Ne saber mai / En savoir +