Pour une politique linguistique au niveau comunal

Mar 26, 2020

Participer au renouveau de l’usage de l’occitan dans la vie sociale s’avère aujourd’hui être un acte essentiel pour la vie de la culture propre à ce territoire que l’on nomme Occitanie.
La socialisation de l’occitan ne devant pas être cantonnée au seul cadre culturel, de nombreuses actions qui sont des compétences des communes sont propices à l’emploi de l’occitan ainsi les élus communaux ont tous la possibilité de participer à sa sauvegarde. Tout comme pour une entreprise ou une association, l’emploi de l’occitan par la commune est un moyen de montrer au public que celui ci est valorisé par son emploi dans un service public. L’engagement des communes dans la réappropriation quotidienne de l’occitan est donc très important. Il s’inscrit dans la vie courante à travers les bâtiments publics, les services sociaux, la signalétique, les services administratifs, les transports, la communication, la gestion des ressources et de l’environnement…
Lo bilingüisme nos balha la possibilitat de viure çò que sèm, de comprendre aquel país, es tanben la possibilitat de nos comprendre melhor amb nòstres vesins italians, catalans, espanhòls e portugueses e al delà amb totes los pòbles “latinos” de la planeta. Salvar sa lenga es una forma d’intelligéncia, es tornar trapar lo ligam entre generacions, ganhar en convivéncia e balhar de sens a son ensenhament. L’occitan es pas una lenga estrangièra lo volèm dins nòstra comuna !
Voici des outils pour réussir une politique linguistique / Vaqui d’aisinas per capitar una politica linguistica:
Langue et culture occitane dans la commune
Le conseil municipal peut donner à la langue occitane une place dans la vie publique qui lui rend sa dignité avec une politique linguistique
évolutive, c’est aussi une question d’égalité. Voici une liste de propositions d’actions pour aller dans ce sens en respectant le rythme de chaque commune qui peuvent ainsi choisir de s’engager sur un contrat d’actions à mener dans les 3 axes d’orientation suivant:
A – Toponymie, signalisation et communication bilingue
à l’écrit / Afficher la langue
Pour qu’une langue soit un bien commun partagé par tous (locuteurs ou non), pour que ses locuteurs se sentent en confiance et la parlent en dehors de leur cercle privé, pour que les non-locuteurs s’y intéressent et la respectent, il est important que cette langue soit vue dans le quotidien. C’est ce que l’on appelle l’environnement linguistique. Une langue qui ne se voit pas est une langue qui n’existe pas. Le conseil municipal peut ainsi donner à la langue une place dans la vie publique en décidant de faire dans ses rues une signalisation bilingue (plaques de rues, panneaux d’entrée d’agglomération, signalisation indicative des services publics, des bâtiments et services communaux, …)
La présence de la langue dans la communication de la mairie est une chose facile qui peut prendre aussi la forme d’articles dans le bulletin municipal ou sur les panneaux d’affichage électronique quand il y en a. Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, la langue peut être intégrée davantage à la vie
municipale. On peut même faire des actes officiels bilingues (un mariage par exemple, ce qui est tout à fait légal. Il suffit que le mariage soit aussi prononcé en français). La ville de Crest (26) et la ville de Vabre (81) ont d’ores et déjà un site internet en occitan. Par ailleurs, sur le bâtiment principal de municipalité de Vabre, « Ostal Comun » est indiqué à côté de « Mairie ». Son cachet est aussi bilingue. Le Conseil Général des Hautes-Pyrénées ainsi que celui de la Dordogne ont tout deux traduit leur logo en occitan. On peut aussi penser un logo bilingue utilisé indiféremment pour les manifestations en français, comme celles en occitan.
La mairie de Toulouse a édité des cartons d’invitation bilingues. L’utilisation de l’occitan sur les cartons d’invitation peut se penser aussi en dehors du seul champ culturel. Des actes de mariage, naissance et décès ont été traduits en occitan et sont téléchargeables sur le site www.ieo-oc.org
ACTIONS possibles pour le 1er AXE:
1- Mise en place de panneaux bilingues aux entrées et sorties de la commune (police et taille de caractère identiques dans les 2 langues)
Des centaines de communes occitanes ont déjà mis des panneaux bilingues à l’entrée et/ou à la sortie de leur agglomération et mis leurs noms de rue en occitan.
2- Demande d’une réalisation d’étude toponymique de la commune avec pour objectif la mise en place d’une signalisation respectueuse du patrimoine linguistique de la commune
3- Mise en place de plaques de rue bilingues
4- Mise en place d’une signalétique directionnelle bilingue sur le périmètre de la commune dans le cadre de ses compétences.
5- Opter pour un bilinguisme généralisé pour toute nouvelle signalétique
6- Correction officielle des noms de lieux occitans mal orthographiés
Ces points sont détaillés dans un document édité par l’IEO et le CROM également téléchargeable
sur www.ieo-oc.org
7- Signalétique bilingue à l’extérieur et à l’intérieur de la mairie avec notament la possibilité clairement signalée dans les services municipaux d’assurer un accueil bilingue pour le public.
8- Signalétique bilingue externe sur les bâtiments dépendant de la mairie ainsi que le marquage bilingue sur les véhicules de la mairie et/ou le matériel communal


9- Cartons d’invitation bilingues pour les manifestations organisées par la mairie
10- Mise en ligne d’une version occitane du site internet de la mairie
11- Cartes de visites bilingues pour les élus en faisant la demande
12- Papier à en-tête bilingue pour les élus en faisant la demande
13- Logo de la mairie bilingue
14- Editorial bilingue dans le journal municipal et/ou articles en occitan dans le journal municipal
15- Mise à disposition du public de formulaires bilingues pour les actes les plus courants
(mariage, naissance, décès,…)
16- Information donnée au public quant à la possibilité d’avoir une cérémonie de mariage bilingue
17- Possibilités clairement signalées dans les services municipaux d’assurer un accueil en occitan pour le public
18- Convocations, délibérations du Conseil Municipal en français et en occitan
B – Services municipaux et associatifs en occitan /
Utiliser la langue oralement dans les relations avec le public. Pour qu’une langue vive dans l’espace public, il convient de développer les occasions de
l’entendre et de la pratiquer au quotidien, dans les relations de travail ou avec les citoyens.
Parce que le propre d’une politique linguistique publique est l’utilisation de la langue aussi bien en interne que vers l’extérieur
Entendre des annonces orales dans le métro toulousain ou les tramways de Montpellier ou Nice est un bon exemple de normalisation de l’emploi de la langue.
ACTIONS possibles pour le 2ème AXE:
19- Aide financière et/ou technique à la mise en place d’une crèche en langue occitane dans la commune ou au niveau intercommunal . Certaines crèches le font déjà à des niveaux différents qui vont de l’animation à l’immersion.
20- Présence de la langue occitane dans les centres de loisirs et tout ce qui est du domaine de l’action vers les jeunes avec une aide financière et/ou technique.
21- La langue occitane peut aussi être un moyen de recréer du lien entre les générations, comme peut l’apporter l’animation d’ateliers en occitan dans les maisons de retraite.
22- Les offices de tourisme et syndicats d’initiative utilisent la langue occitane dans leur communication, leur travail de valorisation de l’histoire et de la culture.
23- Message bilingue sur le répondeur de la mairie
24- Favoriser les actions de formation professionnelle permettant au personnel municipal volontaire d’apprendre l’occitan ou de se perfectionner en occitan;
25- Assurer une introduction bilingue lors des discours officiels
C – Actions de développement / Diffuser la connaissance de la langue
Pour qu’une langue vive et s’épanouisse dans une société, elle doit disposer d’un nombre de locuteurs conséquent couvrant l’ensemble des générations. L’environnement linguistique bilingue ne joue son rôle que si, en parallèle, on assure véritablement les conditions de l’accroissement du nombre des personnes qui parlent la langue. Il est donc essentiel de diffuser la connaissance de la langue pour assurer son avenir en tant que langue vivante, c’est à la fois un atout pour la valorisation du patrimoine mais aussi un outil de communication au même titre que le français.
Son utilisation doit donc être étendue dans divers secteurs : l’enseignement, le préscolaire et le périscolaire, les maisons de retraite et le tourisme en particulier. Dans le cadre de la politique culturelle d’une commune il est aussi possible de proposer des activités qui intègrent la langue occitane. Ce peut être la programmation de spectacles et d’artistes qui travaillent dans la langue. Cela peut également prendre la forme d’achat de livres, de journaux, de disques en occitan pour les bibliothèques et médiathèques. Une municipalité peut aussi être à l’origine de la création de cours de langue pour les adultes.
ACTIONS possibles pour le 3ème AXE:
26- Aide financière et/ou information aux établissements commerciaux de la commune pour mettre en place le bilinguisme dans leur activité
27- Information du public sur l’action menée en faveur de la langue occitane
28- Nomination d’un conseiller municipal officiellement délégué à la langue occitane
29- Approbation d’un budget spécifique pour le développement de l’occitan au niveau communal
30- Mise en place d’échanges interrégionaux et/ou transfrontaliers avec les pays de langue occitane ou catalane
31- Aide financière et/ou technique à l’installation ou au développement d’une filière bilingue dans l’enseignement pour les écoles maternelles et élémentaires de la commune
32- Demander la création de classes bilingues publiques à parité horaire ou aider à la création d’une « Calandreta », école associative de la filière bilingue par immersion. Le maire et son conseil municipal ont en ce domaine un pouvoir déterminant.
33- Réalisation d’une enquête auprès des parents d’élèves de la commune afin de mesurer la demande sociale en matière d’enseignement bilingue
34- Aide aux associations qui oeuvrent en faveur de la diffusion de la langue.
35- Financement d’actions de formation professionnelle permettant au personnel municipal volontaire d’apprendre la langue ou de se perfectionner en occitan
36- Ouverture d’un cours d’occitan pour adultes
37- Prise en compte des compétences linguistiques lors des recrutements
38- Programmation annuelle de spectacles en langue occitane dans le centre culturel communal
39- Constitution d’un fonds d’ouvrages en occitan dans la bibliothèque municipale, alimenté régulièrement au fur et à mesure des nouvelles publications
Rémi FIRMIN
Consultant en communication occitane
Créateur et ancien responsable du label « Oc per l’occitan »
Mail: remifirmin@neuf.fr

Ne saber mai / En savoir +

Magazine Occitania – Lo Cebier Març 2020

Mar 26, 2020

En cette période de confinement la lecture d’un magazine « papier » permet de s’évader, d’échapper un moment à la tyrannie des écrans. Alors… ne nous privons pas de ce plaisir!

Au sommaire de ce n° 224 :

  • Edito : « Loi Molac, un petit pas pour nos langues ».
  • Coalition des gauches à Madrid : le début d’un dialogue politique avec l’indépendantisme catalan?
  •  En occitan : Agricultura, ensemble per cambiar nòstre rapòrt a la tèrra.
  • Municipales : Pour une politique linguistique dans les communes.
  • En occitan de Provence : Moviment sociau e alternativa politica occitana
  • Béarn : Un projet d’incinérateur sur la zone de Lacq

Et beaucoup d’autres choses encore…. bonne lecture!

Ne saber mai / En savoir +

Edicion dels genòmas e risques genetics

Oct 23, 2019

Abans 2012, las tecnicas disponiblas per modificar un genòma  e preparar un OGM, èran longas e malaisidas de realizar. Dempuèi, lo complèx « CRISPR-Cas » permet l’edicion, es a dire, la  modificacion a volontat, lèu fach, d’un ADN e per un cost plan mendre que lo de la transgenèsi classica. Son utilizacion dobrís de larges orizonts en biologia, genetica, agricultura, medecina …Al delà de sos avantatges indenegables, sa facilitat d’utilizacion far nàisser d’inquietuds quant a las derivas possiblas. La terapia genica realizada amb CRISPR-Cas, fin 2018, sus d’embrions umans que donèran naissença a doas bessonas, mostra l’urgéncia d’interdire, per rasons eticas, l’edicion del genòma de las cellulas germinalas.

 

Lo complèx CRISPR-Cas

En 2012, las biologistas Emmanuelle Charpentier (francesa) e Jennifer Doudna (estatsuniana) publiquèron (1) un novèl metòde de transformacion genetica nomenat « CRISPR-Cas », basat sus l’utilizacion de novèlas nucleasas (Cas). Aquestas son de proteïnas capablas de copar l’ADN al nivèl de sequéncias precisas. Comparat a la transgenèsi classica, lo metòde es rapid, simple d’emplec, bon mercat e pus precís dins lo ciblatge de la sequéncia d’interèst al dintre d’un genòma. De mai, balha la possibilitat de modificar, ajustar, activar o suprimir de genes ciblats ençò de tot organisme vivent. La sigla « CRISPR-Cas » (2) a per origina un sistèma que permet a una bacteria de resistir a l’infeccion per un bacteriofag (virus bacterian). La bacteria garda en memòria una emprenta de la primièra infeccion virala en integrant dins son genòma un tròç d’ADN viral (sequéncias CRISPR) que permetrà puèi a la bacteria d’eliminar l’intrús viral ja rescontrat. L’eliminacion del virus implica una nucleasa « Cas » (Cas9 es la pus coneguda), e de pichons ARN (d’un vintenat de basas azotadas) sintetizats per complementaritat amb las sequéncias CRISPR. Aquestes ARN servisson de guidas a la nucleasa Cas per reconéisser la sequéncia virala e la copar.

L’afogament per CRISPR-Cas

De milièrs de laboratòris dins lo mond utilizan CRISPR-Cas per editar genes e genòmas de fòrça organismes vivents. L’afogament es afavorit per las sequéncias disponiblas d’un fum de genes e de genòmas que permeton de sintetizar los pichons ARN guidas complementaris de las sequéncias CRISPR.

Ençò de las plantas (3), l’utilizacion de CRISPR-Cas capitèt a obténer

per exemple, après mutacion de las séquencias promotritz dels genes de susceptibilitat: un ris resistent al rovilh bacterian, un blat resistent al mildió… CRISPR-Cas foguèt tanben utilizat per alterar l’ADN d’unes viruses (geminiviruses) e obténer per exemple de bledas e de fabas resistentas.

Ençò dels mamifèrs, se l’edicion dels genes permetèt d’obténer de caractèrs dont l’interès pareis pas plan evident (vacas sens banas, micropòrcs…), mantunes ensages portèron sus unas espècias modèlas, per tractar de malautiás umanas, amb l’espèr de realizar puèi de terapias genicas. De mirgas tocadas per una miopatia de Duchenne (afeccion tocant los enfants cada 5000 un), o una obesitat (4) foguèron garidas.

Edicion e terapia genica

La terapia genica classica o transferiment de la bona version del gen defectuós, debutèt en 1999 amb la garison d’un deficit immunitari. Foguèt puèi fòrça alentida pendent un desenat d’ans: unes pacients avián desvolopada una leucemia deguda al tipe de vector viral emplegat pel transferiment. L’utilizacion de novèls vectors virals menèt a la garison en 2009 de la retiniti de Leber e de l’adrenoleucodistrofia (ligada al cromosòma X), e en 2010, de la betà- talassemia (malautiá dels globuls roges).

Amb sos nombroses avantatges, lo metòde CRISPR-Cas apareguèt tre 2012, coma l’aplech qu’anava permetre la garison dels milièrats de malautiás geneticas gravas avent per origina la mutacion d’un sol gen. Se mantunas còlas de cercaires contunhan d’editar de cellulas somaticas umanas (los efièches de l’edicion demòran limitats a un sol individu), unas còlas (chinesas e estatsunianas sustot) son passadas a l’edicion d’embrions umans non viables, e donc non transplantables.

L’impensabla edicion

L’edicion d’embrions umans quitament non viables, inquietèt fòrça mond per de rasons eticas. La convencion d’Oviedo en 2011 e la conferéncia de Washington en 2015, convidèran a la vigilància: las intervencions sul genòma uman poirián èsser menadas, a condicion que lo genòma de la descendéncia siá pas tocat. Clarament, l’edicion d’embrions umans obtenguts après fecondacion in vitro a partir de cellulas sexualas èra exclusa, perque tocava al patrimòni genetic de l’umanitat. Las manipulacions de 2015-2017 contrevenián a las recomendacions anterioras, e dobrissián la porta a l’edicion d’embrions viables, implantables e a la naissença de nenons editats.

Lo 28.11.2018, lo biologista chines He Jiankui anoncièt la naissença de doas bessonas del genòma editat per CRISPR-Cas9 (6): una primièra mondiala e un desfís a las règlas eticas. He Jiankui e sa còla de l’universitat de Shenzen, trabalhèron sus d’embrions umans venent de la fertilizacion in vitro implicant espermatozoïds e ovuls de 7 coples. Dins cada cople l’òme sol èra infectat pel virus del sida. L’edicion dels embrions aviá coma objectiu l’inactivacion d’un gen per conferir la resisténcia al virus. La cola obtenguèt la mutacion d’un gen codant per una proteïna de la susfàcia dels leucocits, utilizada pel virus per infectar las cellulas de l’òste. Per aquò far, injectèt a l’encòp dins los ovuls, los espermatozoïdes (del gen a editar) e lo complèx d’edicion CRISPR-Cas9. D’embrions editats foguèron implantats ençò d’una femna, e puèi, nasquèron las doas bessonas. Tot lo procediment foguèt fòrça criticat dins lo mond entièr: obtencion de las autorizacions, informacion dels parents, verificacion de las alteracions geneticas, pertinéncia d’una tala edicion…

Una situacion fosca

         Lo trabalh del biologista chines es pas estat publicat dins la literatura scientifica per validacion. Segon el, las bessonas serián incompletament editadas (mosaïsme) e donc non protegidas d’una infeccion eventuala pel virus del sida. Sustot, degun sap quinas pòdon èsser las consequéncias futuras per las nenas de la probabla edicion de genes fòra-cibla. Lo « paire indigne » es estat remandat de son universitat e son trabalh condemnat coma non etic, dangeirós, e prematur. Un grop internacional de scientifics cridan per un moratòri mondial sus l’edicion d’embrions umans e prevenir dels risques d’eugenisme (edicion subre-umana / transumana).

Fernand Vedel

 Referéncias

1- Jinek M et al. (2012) A programmable dual-RNA-guided DNA endonuclease in adaptive bacterial immunity. Science, 337, 816-821.

2- La sigla CRISPR-Cas significa « Clustered Regularly Interspersed Short Palindromic Repeats-Cas associated nucleasa » o Agropament d’elements palindromics corts, repetits, regularament espaçats-de nucleasa Cas associada.

3- Scheben A, Edwards D (2017) Genome editors take on crops. Science, 355, 1122-1123.

4- Matharu N. et al. (2019) CRISPR-mediated activation of a promoter or enhancer rescues obesity caused by haploinsufficiency. Research article summary, Science, 363 p. 246.

5- Ma H. et al. (2017) Correction of a pathogenic gene mutation in human embryos. Nature, 548, 413-419.

6- He Jiankui (2018) Second International Summit on Human Genome Editing, Hong Kong, november 27-29.

Ne saber mai / En savoir +

Les privatisations de nos biens partagés.

Oct 23, 2019

Les mobilisations parlementaires et médiatiques de ces derniers jours se sont surtout focalisées sur la privation annoncée d’ADP (Aéroports de Paris). Mais il n’y a pas qu’à Paris que les projets de privatisations sont annoncés et il me semble important d’élargir le débat à toutes les privatisations prévues ou engagées par le gouvernement actuel.

Depuis 2014, des milliers de personnes ont régulièrement manifesté et signé des pétitions pour s’opposer à la vente des parts de l’état de l’aéroport de Toulouse mais aussi pour manifester contre l’augmentation du trafic des avions qui passent au dessus de Blagnac.

En Occitanie, un autre projet de concession est dicté par la Commission Européenne : l’ouverture à la concurrence des barrages hydroélectriques français. Plus de 150 barrages sont concernés la plupart : Dans les Pyrénées et les Alpes. La privatisation des barrages hydroélectriques va complètement à l’encontre de l’intérêt général et du climat.

L’hydroélectricité présente des avantages écologiques et économiques importants : première source d’électricité renouvelable de France, elle permet d’avoir accès à une énergie propre et bon marché, produite localement. L’énergie hydraulique est une ressource qui permet d’exploiter la force de l’eau sous toutes ses formes (chutes et cours d’eau mais également courants marins, force des vagues…).

En France, il s’agit d’une ressource principalement utilisée pour la production d’électricité : le parc hydroélectrique français permet de générer une électricité totalement renouvelable grâce à l’énergie gravitaire des lacs (de l’eau stockée grâce à un barrage ou une retenue d’eau). Les centrales hydroélectriques françaises affichent une puissance cumulée totale de plus de 25 GW. Une puissance qui permet annuellement de produire près de 70 TWh d’électricité sans émission de gaz à effet de serre. L’hydroélectricité est à ce titre la première source d’électricité renouvelable de France et la deuxième source de production électrique après l’énergie nucléaire.

De plus, l’énergie hydraulique présente l’avantage d’être facilement mobilisable. En quelques minutes, un exploitant peut relâcher l’eau contenue dans un barrage et ainsi produire de l’électricité propre et faire face à un pic de consommation. Il s’agit d’un avantage qui permet d’assurer l’équilibre d’un réseau électrique plus facilement qu’avec les énergies renouvelables intermittentes et plus “proprement” qu’avec une centrale thermique.
C’est une électricité peu chère :

L’hydroélectricité ne présente pas que des avantages énergétiques et écologiques. Ressource énergétique locale, elle permet à la France de renforcer son indépendance énergétique tout en ayant un impact largement positif sur l’économie : l’hydroélectricité permet aux Français d’avoir accès à une électricité locale et bon marché, qui favorise le développement économique des zones rurales et montagneuses.

Selon l’Ademe, les investissements nécessaires au développement d’un ouvrage hydroélectrique sont amortis en 30 ans. Une fois cette période passée, l’hydroélectricité est peu chère à produire : elle coûte moins cher que l’éolien et le gaz.

l’hydroélectricité est donc un avantage pour notre transition énergétique et pour notre indépendance énergétique..

Une centaine de députés ont présenté une proposition de résolution afin de demander au gouvernement de s’opposer aux injonctions de la Commission Européenne. C’est très insuffisant.

Des pétitions circulent et des collectifs sont créés :

https://www.change.org/p/barrages-hydro%C3%A9lectriques-un-bien-commun-non-%C3%A0-leur-privatisation

https://www.citizaction.fr/petition/non-a-la-privatisation-de-nos-barrages/

http://petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2019N50300

Lire l’article de Reporterre :

https://reporterre.net/Une-mobilisation-jaune-vert-rouge-s-organise-contre-la-privatisation-des

Plus symboliquement, 107 élus de toutes étiquettes s’opposent à l’ouverture à la concurrence des ouvrages hydroélectriques d’EDF exigée par Bruxelles. Ils demandent que les barrages soient considérés comme des services d’intérêt général. Ils refusent de donner les clés de 150 des 400 concessions hydroélectriques majoritairement détenues par EDF au secteur privé.

 

Ne saber mai / En savoir +