N°172 – Petas « filosoficas »

Sep 17, 2010

Michel Onfray es pas un provocator (estandard e simpatic), mai crèsi que compren ren a la question lingüistica que l’axiòma de basa es de parlar mens per comprendre mièhs, siguèsse la finalitat de la comunicacion de dire per dire… Elementari, Sénher Onfray ! Dins sa tribuna meta-mondialista, “Les deux bouts de la langue”, (1) avèm retrobat un fais de prepaus que creseriam èstre l’especialitat dau microcòsme audio-televisat de La Cultura auto-proclamada.

 

D’aquela literatura novatritz, la comprenènça es tras que linda. Espepidonem donc :

Lenga unenca

A la debuta, lo mite. Iavé punís leis òmes que la bastison de Babèl dins sa pojada celèsta seriá pretencion d’egalar Dieu. Leis esparpalha dins lo monde. D’aquí la pluralitat cacofonica dei lengas, l’impossibilitat de se comprendre entre “habitus” despariers, responsa suprema a la trangression de la lenga unenca que donèt a Adam… Laiss em de c aire lei tèxtes istoricament “datats” e tirem lei consequéncias : aquí siam dins l’interpretacion de la pluralitat marrida. E Onfray de s’esquilhar vès l’autra realitat dau mercat onte domina l’Anglés estandard deis aeropòrts, lenga pauras sa, par la dura dau monde “modèrn” va lent-a-dire e-fi-ca-ça ! Es aquí la raiç de l’arri ideologic : lo regionalisme planetari es aquí ambé sei còntra-sens. Siam compelits de retrobar l’artifici benfasent d’una lenga unenca, fondament de la richessa ontologica perduda… Entre mercat e ineficacitat, es necite lo camin de l’unicitat dialectala ? Escamotada la dialectica entreunitat e diversistat dei lengas ? Es pas ges lo problèma.
Bescontorns “identitaris”

Es pas d’umor filosofic de dire que siam d’animaus patesents quora aparam lei lengas “regionalas” (e homo loquor ?). Per nòstre filosòf, “idiòma”, “dialècte”, son pas que patés, qué ! L’antropologia se garça de la lingüistica : siam totei fòra la veritat dins nòstrei  catechismes « regionalistas » ambé nòstrei lengatges passadistas e farlatats : « Pensi ais independentistas regionaus que fan de la lenga una aisina identitària, un otís de barradura sus se, una maquina de guèrra anti-universala, valent-a-dire un dispositiu tribau. »
Embarrament dau topòs e finituda dau lengatge provinciau (la tribú), l’adeqüacion es evidenta. Aparar la diversitat dei lengas (mèfi, deis “dialèctes e idiòmas” !) es una fauta etica : « (…) la multiplicitat deis idiòmas constituís mens una richessa qu’una pauretat ontologica e politica.(…) La lenga regionala fòrabandís l’estrangier, qu’ es pasmens sa parentèla republicana. Serve de cavau de Tròia de la xenofobia. » Pas mens… Polida « demonstracion » : lo filosòf critic mòstra quesaup totjorn pas l’origina e la finalitat “politicas” dau lengatge, qu’una lenga que capita es totjorn una lenga sostenida ò impausada per l’Estat. Mai l’Estat qu’aima pas Onfray, es aquí oblidat. Oblidada tanben la socializacion per la lenga deis « estrangiers » que pòdon pas que subir lei lengas minorizadas… Lo procés sociau es pres a rebós.

Adonc, aculturem dins una lenga “majoritària” : Francés ò Anglés ? La normaliza cion que tua e redreiça fa a v a n s ! Lei lengas regionalas son coma un sota-latin, lengas mòrtas, un truc incapable d’una bastison pedagogica… Oblida pereu que l’universalitat se pensa pas fòra la singularitat e que la subre ò sotavalorizacion d’una lenga sus una autra es pas « ontologica » mai politica…

Corollari

E lo Francés ? Es oblidat au profiech de l’Anglés. Es la soleta audàcia de sa tribuna. Estent que l’Anglés ven lenga de comunicacion e d’escambi, lo Francés tròba plus plaça. Una idèa dins l’èr dau temps. (2)

“Geografia conceptuala concrèta”e neocoloniala

Retorn a la normala. Entre Iavé e Babèl lo vuege ? Non ! Michel Onfray tròba una solucion inedicha: l’esperantò. I falíá pensar. Aquela lenga (pluriculturala ò a-culturala ?), es un sòmi d’un sègle que tròba pas de solucion autra qu’unificatritz au borrolatge socio-politic d’una pontanada segrenosa.

Tornam a la fin dau sègle XIX dins una Euròpa dei nacionalismes d’Estat que refusan lei butadas nacionalitàrias. Lei comunautats son chabidas, lei minoritats reprimidas. La responsa seriá “umanista” e dins lo drech fieu dei Lumes…
L’ignorància de la divers ita t, senon accceptada coma Idèia pura, vaquí la solucion originala : l’umanisme esperantista fa sens, tot lo monde se compren e s’escapa dei particularismes dialectaus : “ L ‘ e s p e r a n t ò prepausa d’abitar una lenga universala, cosmopolita,
globala que se bastís sus la dubertura, l’acuelh, l’alargament ; vòu la fin de la malediccion de la confusion dei lengas e l’aveniment d’un idiòma capable de tapar lo valat de l’incomprension entre lei pòbles ; prepausa una geografia conceptuala concreta, antitèsi de la religion dau territòri. ”
Cançon « novèla » quora volètz pas agachar lo fach lingüistic en fàcia e li trobar pas de solucions « ontologica e politica ». Una lenga se passeja pas dins lei cèus de “l’Universitat critica”, siguèsse “populària”, mai ambé d’òmes que fan l’istòri dei territòris e de territòris
que fan l’òme e son istòria.

Es aquí lo tendon d’Aquiles de Michel Onfray.

Pasmens, es per un ateïsme teoric e militant en favor de l’avenir dei pòbles. Bensai, mai subretot dei pòbles qu’an plus ges de lenga istorica. Tornam a la metafisica e au transferiment coloniau. Pas de tresena via Entre Yavé e Babèl, i a gaire de tresena via, son
que de solucions legislativas e politicas. Avèm rescontrat lo darrier metafisician de l’antropologia contemporanèa : nos a demostrat, sens complèx, que de cada discors “mondialista” e universalista, sòrtan pas que petas “filosoficas”.

Gerard Tautil

Ne saber mai / En savoir +

N°172 – L’article 75-1 de la Constitution n’a qu’une valeur ornementale !

Sep 17, 2010

Si, pendant un temps, on pouvait se poser la question de la valeur de l’article 75-1 de la Constitution française sur les langues régionales, des conséquences pratiques de leur reconnaissance institutionnelle, aujourd’hui nous avons la réponse : l’article 75-1 ( 1 ) n’ a qu’une valeur ornementale et c’est l’Europe qui nous le dit.
Au tout début de l’année, François Alfonsi a été interpellé par un éditeur breton sur le fait de pouvoir bénéficier de subventions européennes, dans le cadre du volet 1.2.2 « Traduction littéraire » du Programme Culture, pour traduire un ouvrage de Shakespeare en langue bretonne. Le guide du Programme Culture, dans sa dernière version 2009, précise en effet que « les langues éligibles sont les langues officielles des pays participant au Programme » et définit les langues officielles comme les langues déterminées comme telles par « la Constitution ou des Lois fondamentales des pays respectifs ».
Or, Madame Vassiliou, Présidente de la Commiss ion Culture de l’Europe a fait savoir à François Alfonsi que « la référence faite aux langues régionales [dans la Constitution française] ne confère aucunement à la langue bretonne le statut de langue officielle de la
République française […]. Le breton (au même titre que les autres langues régionales de France) ne bénéficie pas du même statut que le basque ou le catalan, qui sont déjà reconnus par la Constitution espagnole comme des langues officielles. Par conséquent, la
langue bret onne ne peut bénéficier du s outien du programme Culture en fave ur des proje ts de traduction. »

Aucune langue de France ne peut donc recevoir d’aide de l’Europe. La logique tourne même à l’absurde : un éditeur basque de Bayonne ou catalan de Perpignan ne recevra aucune aide de l’Europe alors qu’un éditeur basque de Bilbao ou catalan de Barcelone,
parce qu’il se trouve en Espagne et que l’Espagne, qui a inscrit le catalan et le basque comme langues officielles dans sa Const itution( 2 ), pourra lui obtenir un financement européen. Pas de doute, l’Europe des Régions et des Peuples est encore loin. Aucun doute non plus, l’apparition des langues régionales dans la Constitution à titre patrimonial est bel et bien insuffisante !

 

 

1- Les langues régionales appartiennent au patrimoine de la France.
2- L’article 3 de la Constitution espagnole stipule : 1) Le castillan e st la langue espagnole offici elle de l’État. Tous les Espagnols ont le devoir de le connaître et le droit de l’utiliser. 2) Les autres langues espagnoles seront également officielles dans les différentes  Communautés autonomes en accord avec leurs Statuts. 3) La ri ches se des div er se s modal ités linguis tiques de l’Espagne est un patr imoine cul ture l qui doi t être l’obje t d’une protection et d’un respect particuliers. 

 

 

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – Les techniciens contre la nature

Juil 17, 2010

Le temps circulaire et le temps linéaire sont deux conceptions du monde et deux évolutions possibles différentes, celle des cultures païennes comme les Grecs anciens ou les Amérindiens, et celle, judéo-chrétienne, des Occidentaux. La seconde a conquis et dominé
l’autre pour imposer sa vision linéaire du temps historique.

Image8

Relation et interdépendance

Les Amérindiens concevaient le monde autour du cercle. Les cercles s ont partout dans la nature: la Terre, le soleil, les étoiles et leur
mouvement, le nid de l’oiseau, les ronds d’une pierre jetée dans l’eau d’un étang; et aussi les cycles des saisons, du jour et de la nuit, des migrat ions d’oiseaux ou de poissons; le parcours de l’être humain sur ter re, qui sort du néant ou monde des esprits pour y revenir.

Tout est lié de façon circulaire ou cyclique, tout meurt ou disparaît mais pour mieux se renouveler. Nous faisons partie intégrante de
c et univers harmonieux où tout n’existe qu’en relation et interdépendance. Nous ne pouvons pas nous en abstraire et décider non seulement que nous en sommes les maîtres mais que nous pouvons en abuser à notre guise sans en subir les conséquences  désastreuses.

C’est pourtant cette croyance en un temps linéaire où le futur est symbole de progrès et le passé de régression et d’obscurantisme qui a
peu à peu coupé les Occidentaux de leurs liens à la planète Terre. Au nom du progrès, on a exterminé ou asservi d’autres peuples pour leur imposer une civilisation des sciences et techniques que l’on croyait supérieure, on a exploité et détruit les richesses naturelles au
même rythme que disparaissaient les langues, les cultures et la biodiversité animale et végétale.

On a même privatisé le vivant et tout ce qui conditionne notre survie d’êtres humains : les graines avec les manipulations génétiques, les plantes avec des brevets déposés sur certaines espèces sauvages, l’eau aux mains des multinationales de la dépollution, la terre des
petits paysans d’Afrique ou d’Asie, vendue aux pays riches mais pauvres en ressources agricoles.

Le progrès revient à rationnaliser la production d’un matériau — vivant ou non — grâce à la science, pour en tirer un maximum de profit. Deux exemples montrent que même ce qui semble le plus éloigné d’un perfectionnement technologique est soumis à  rentabilisation.

Les abeilles

On sait que les pesticides sont cause de leur disparition progressive, mais les techniques apicoles n’auront pas été étrangères à cet effondrement des essaims. Les apiculteurs ont éliminé la plupart des a beilles locales , par hybridation avec d’autres espèces de  différents pays, en sélectionnant les reines sur certains critères, en les inséminant artificiellement.

Image7

Au lieu de r especter le c ycle naturel de l’abeille et son repos hivernal, ils les nourrissent à l’automne et en hiver pour relancer la ponte avant l’heure et qu’elles produisent  plus tôt au printemps. L’Inra a même créé la triple hybride, une abeille capable de produire 30 à 40 kilos de miel de plus par  a n ! Mais cette chimère génétique n’a pas eu grand succès car il faut la reconstruire à chaque fois à partirde souches pures. Les gains sont déris oires par rapport aux pertes. La reine qui vit de 3 à 5 ans dans la nature, doit être changée au bout d’un an en  élevage. Elle doit pondre de plus en plus et à un rythme accéléré d’où son épuisement rapide. Les critères de sélection des reines — prolificité,  productivité, douceur — en laissant de côté tous les autres critères, font des lignées beaucoup plus fragiles,  beaucoup moins résistantes aux maladies.

Les adeptes des abeilles locales ont remarqué qu’elles sont plus agressives mais se défendent mieux contre les maladies et les   prédateurs, passent mieux l’hiver pour peu qu’on leur laisse gérer leur miel au lieu de leur donner une nourriture artificielle.

L’essaimage, normal dans la nature est contrôlé par les apiculteurs, empêchant le renouvellement du cheptel et parfois sa survie.

Enfin, il y a appauvrissement génétique : aux USA, 2,5 millions d’essaims sont issus d’à peine 400 reines-mères. Or « la force d’une
espèce dépend de la diversité génétique de sa population » et « conserver la biodiversité, c’est conserver les possibilités de défense contre les agressions extérieures ». Et elles sont nombreuses, avec les pesticides, les Ogm, les monocultures, la disparition de la flore sauvage.

 

Les huîtres

Image9Leur production semblait difficilement industrialisable. Pourtant de nouvelles techniques d’élevage plus compétitives sont apparues.
En Occitanie, que ce soit dans les eaux tièdes des étangs de Thau et Leucate où les huîtres sont élevées en suspension sur des cordes
immergées, ou dans les eaux calmes du Bassin d’Arcachon où l’élevage se fait à plat, les huîtres d’origine ont pratiquement disparu. En
cause bien sûr la forte affluence touris tique que c onnaissent ces deux régions, l’urbanisation galopante et les pollut ions qui en
découlent. Après l’huître portugaise, décimée par un virus, une huître japonaise, la gigas, a été implantée et semble résister. Mais le naissain, tradit ionnellement capté sur des collecteurs chaulés, est désormais produit pour moitié dans des écloseries industrielles.

En 1997, l’Ifremer de La Tremb lade a créé par manipulat ions chimiques des mâles tétraploïdes (ayant 4 paires de chromosomes).

L’écloserie loue une huître mâle au prix fort, répand sa semence dans des bocaux d’eau de mer contenant des huîtres diploïdes  (normales, à deux jeux de chromosomes), et obtient des larves triploïdes (trois paires de chromo-somes). Un mâle génère ainsi jusqu’à
2 00 tonnes d’huîtres . Les larves s ont nourries au phytoplancton pous sé sous lumière art ific ielle dans une eau de mer additionnée
de sels nutritifs. Au stade de 1 cm, les petites huîtres sont achetées par les ostréiculteurs qui les cultivent un an et demi en pleine mer.

Les  triploïdes sont stériles, elles ne sont donc jamais laiteuses et peuvent être commercialisées toute l’année. Comme elles ne  dépensent pas d’énergie à se reproduir e, elles poussent en deux ans au lieu de trois pour une huître naturelle. Revers de la médaille, les huit  écloseries existantes ont le monopole de la production de triploïdes qui représentent aujourd’hui 50% des huîtres  consommées. Certaines triploïdes n’étant pas entièrement s tériles, elles se reproduisent en milieu marin et risquent de contaminer génétiquement les stocks de gigas.

Ces deux dernières années, les huîtres juvéniles ont connu un taux de mortalité inquiétant (près de80%) dû à un virus herpétique qui a
infecté les triploïdes et gagné tous les naissains. L’Irlande a interdit l’importation de naissain d’écloseries françaises.

Autre aléa, si quelques huîtres tétraploïdes s’échappent des écloseries, cela entraînera « en une dizaine de générations, le basculement
vers une population exclusivement tétraploïde » (INRA, 2004).

Où est le progrès ?
Dans ces deux exemples, la rentabilisation du vivant grâce à la science  est-elle un progrès ou une mise en danger de la biodiversité et donc de notre survie ? Ce qu’on appelle “avancée technologique” est en fait la croyance illusoire que l’être humain peut faire mieux que  a nature dans son extraordinaire complexité. Les éleveurs laitiers à l’herbe l’ont compris, qui ont choisi de travailler avec la nature et non contre elle. Certains apiculteurs aussi qui essaient de retrouver les races locales d’abeilles mieux adaptées à leur biotope et mieux à même de se défendre contre les agressions environnementales. Une trentaine d’ostréiculteurs de 7 bassins différents ont  choisi de  valoriser les huîtres nées en mer et vendent leur production sous l’appellation « ostréiculteur traditionnel ».
Ceux-là sont revenus au temps circulaire, laissant à la nature le soin de renouveler la ponction modérée qu’ils font sur le milieu. Ils  agissent en utilisateurs et non en prédateurs de ressources limitées. On peut utiliser la technique mais après avoir réfléchi à toutes ses  implications futures. Le monde doit évoluer à la manière d’un arbre, se projetant toujours plus haut dans le ciel de l’avenir, mais restant profondément enraciné dans la terre d’origine.

 

   Image10

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – L’Inquisition pour la répression

Juil 17, 2010

Le traité de Paris, signé le 12 avril 1229 et imposé au comte de Toulouse Raimon VII par l’Église et le roi de France, est reçu en Occitanie comme un coup de massue. Parmi ses trente-deux articles, plusieurs commandent une répression implacable contre les « hérétiques », en associant tous les pouvoirs à cette lutte : le temporel et le religieux, même combat !…

 

Réprimer les hérétiques

Les choses ne traîneront pas. Dès le 24 mai 1229 une université est inaugurée à Toulouse, rue Saint-Rome, dans le couvent des prêcheurs dominicains : elle servira à former les futurs agents de l’ inqui si tion chargés d’éradiquer t oute contestation du nouvel ordre imposé, celui de l’Égl ise mai s aussi celui du pouvoir capétien. En novembre, un concile se tient à Toulouse, présidé par le  cardinal-légat de Saint-Ange — Romano Frangipani — qui est le véritable artisan du traité de Par is. Parmi le s quarante- c inq canons des décisions arrêtées, le canon 18 résume bien le but de ce concile et inaugure, après vingt ans de guerre, un si èc le de répression, de ter rori sme inquisitor ial subit par les populations d’Occitanie : « Seront considérés comme accusés d’hérésie ceux que désignera la rumeur publique ou ceux qui, sur dénonciation de gens honorables et sérieux, auront été classés comme tels, légalement, par l’évêque».

Aussitôt l’assemblée conc iliaire se transforme en tribunal pour juger des suspects d’hérésie désignés par l’évêque Foulque qui a  produit des témoignages écr its, non communiqués aux ac cusés bien entendu… On assistera même à des abjurations par peur du  bûcher. Ainsi l’ancien parfait Guilhem del Soler recevra une charge de chanoine en récompense de son abjuration : il est l ‘ancien s o c i u s (compagnon) du diacre cathare Bernard de Lamothe qui a vécu à Villemur-sur-Tarn au début du XIIIe siècle.

 

Les principales mesures du concile de Toulouse

Tout homme dès 14 ans et toute femme dès 12 ans devront prêter le serment — à renouveler tous les deux ans — de servir l’église catholique et en particulier de dénoncer toute personne (parent, ami, voisin…) suspecte d’hérésie. L’Ancien et le Nouveau Testament  sont interdits aux laïcs ; écrits en latin, leur traduction en occitan n’est évidemment pas concevable par l’Église, les populati ons  locales pouvant trouver dans les Évangiles un caractère subversif nuisible à l’ordre établi ?… La présence de tous à l’égl ise est obligatoire le dimanche et les jours de fêt es re ligi euses ; le s prêtres sont invités à rappeler plusieurs fois par an à leurs paroissiens les dispositions du conci le de Toul ouse. Les cl er cs sont exempté s d’ impôt s et l es laï cs par contre sont condamnés à leur payer les dîmes sans aucune exonération… Sur le plan militaire, il est interdit à tout homme de plus de 14 ans d’entretenir quelque relation que ce soit avec les faidits et aussi de construire un nouveau château ou de relever une forteresse démolie. De même toute femme propr i étaire d’u n châte au e t t oute veuve héri tière d’une place-for te verront leur propriété confisquée si elles épousent un faidit ou un hérétique.

Enfin les constitutions d’associations ou de conf réries sont strictement interdites, aussi bien pour les seigneurs et chevaliers que pour les bourgeoi s des villes et les paysans des campagnes… Ainsi tout un peuple s’enfonce, pour plus d’un siècle, dans une nuit   inquisitoriale impitoyable. Dorénavant, chacun devra apprendre à se taire, pire à se méfier de ses voisins comme de ses propres amis   ou de sa famille. Le moindre geste et la moindre parole pourront être interprétés comme une complicité d’hérésie, avec des  conséquences destructrices sur les personnes et sur les biens : port de croix cousues sur les vêtements pour les hérétiques cathares et d’une rouell e pour les Juifs, torture  physique et morale, prison perpétuelle, bûcher, conf iscation des biens et destruction de maisons, parents déterrés et dépouilles brûlées…

Bref, une terreur organisée que l’on pe ut compare r à cel le connu e so us l’occupati on allemande au XXe sièc le, mais qui fut, elle, de cour te durée. La philosophe Simone Weil (1909-1943) écrit, quelques jours avant sa mort en 1943, à propos de la conquête du comté  de Toulouse par la France : « On peut trouver dans l ‘Histoire des faits d’une  atrocité aus si grande, mais non plus grande »…

Quant à Henri Gougaud, il affirme : « Il fallut deux siècles pour que les Occitans deviennent français et bons catholiques. Deux siècles de gestapo. Ceux qui Malgré tout, des tensions se font sentir dans tout le comté de Toulouse, t ant contre l ‘oc cupant français que  contre l’église catholique qui se place de plus en plus, dans toute la chrétienté, au-dessus des pouvoirs politiques laïcs. Le sénéchal de Carcassonne est tué dans une embuscade près de Quillan, t andi s qu’à Toul ouse la po pulation assassine les délateurs et les « fonctionnaires » de la police inquisitor iale. Raimon VII ruse autant qu’il le peut pour ne pas appliquer les clauses du traité de Paris.

Quant aux consuls, ils défendent leurs concitoyens contre les e xcès de s frères prê ch eurs qui commencen t à dé ter rer des mo rt s suspectés d’hérésie pour les brûler sur un bûcher. Enf in les manifestati ons d’hostili té deviennent si intenses que l es maîtres de l’université Jean de Garlande, Hélinaud de Froidmont et Roland de Crémone devront qui tter Tou lo use et regagner Par i s pou r « sauver leur peau »…

Création de l’inquisition pontificale dominicaine

Constatant le manque d’efficacité des évêques d’Occitanie dans la lutte contre les « hérétiques », et les nombreuses entraves que représentent les «frontières » entre les seigneuries et les diocèses, le pape Grégoire IX confie le 20 avril 1233 à l’ordre des frères prêcheurs la mission d’éradiquer l’hérésie définitivement et par tous les moyens : l es dominicains seront désormais les seuls « juges délégués par l’autorité du Saint-Siège à l’Inquisition de la perversité  hérétique », et ne recevront d’ordre que du pape directement.

Autremen t dit , il s seront se ul s « maîtres à bord » et totalement libres d’organiser à leur guise la soumission déf initive des  populations, qui vont connaître un cauchemar insoutenable sur plusieurs générations.

Dès le 22 avril 1233, Pons de Saint- Gilles, Guilhem Arnaut et Pierre Sellan auront en charge l’inquisition des diocèses de Cahors et  Toulouse. Arnaud Cathala et Guilhem Pelhisson enquêteront dans le diocèse d’Albi, tandis que l e catalan Ferrer et Pierre d’Alès auronten charge celui de Carcassonne. C’est d’ailleurs Ferrer qui interrogera l es rescapés de Montségur après le bûcher du 16 mars  1244.

Le tr ibunal de l’inquisiti on pontif icale s’install e dans une maison de Pier re Sellan près du Château Narbonnais, sur l’actuelle place du  Salin à Toulouse. On peut visiter aujourd’hui encore la première maison de l’inquisition dominicaine qui jouxte l’anc ien rempart  romain.

Un système policier et judiciaire terrifiant

Les Dominicains mettent en place une machine policière infernale. Ils ont tous les droits en matière d’espionnage, de perquisition, d’arrestation en tous temps et en tous lieux, sur toutes les populations, du simple paysan au plus gran d seign eur , fû t-ce l e comte de Toulouse… et même sur tout le clergé. Leurs exploratores — sorte de police secrète — surveillent les conversations, et recherchent les fugitifs dans les bois, les grottes, les souterrains (les cròs ou c luzeaux) , l es châteaux et même l es églises. Ils paient des délateurs et se remboursent eux-mêmes de leurs propres frais sur le trésor public (royal ou seigneurial), sur les amendes infligées aux hérétiques et sur la confiscation de leurs biens. Sont défrayés de la même manière tous ceux qui ont assisté à un procès, à l’énoncé et à l’exécuti on du verdict. De même pour les fossoyeurs chargés d’exhumer l es squelettes de prétendus hérétiques condamnés à être brûlés… Les évêques, les curés, l es vigui ers, les magistrats, les consul s sont tenus de les aider si nécessaire. Les inqui si teurs se déplacent en général avec leur tribunal itinérant. Quand ils arrivent dans une ville ou un village, tout le monde — catholiques ou présumés « hérétiques » — peut trembler, car personne n’est à l’abri et peut perdre sa liberté, ses biens et même sa vie pour peu de chose.

L’inquisiteur demande aux curés de rassembler toute la population et se lance dans un sermon anti-hérétique, où il exhorte les uns et  les autres à se déno ncer . En général un « délai de grâce » d’une ou deux semaines est accordé pour que chacun vienne confesser ce qu’il sait ou ce qu’il est. Les plus ter ror isés le font spontanément par peur du bûcher. Ils sont alors réconciliés avec l’Église, mais doivent s’engager à dénoncer d’autres « hérétiques » pour prouver leur sincérité. L’inquisiteur peut alors démonter rapidement tout le réseau de solidarité cathare.

La procédure

Avec les informations obtenues des délateurs, l’inquisiteur dresse une liste de suspec ts qui sont convoqués quelques jours après. Chaque suspect comparaît seul, sans l’aide d’un avocat, devant un tribunal composé de l’inquisiteur, de deux religieux et d’un notaire qu i va dresser le procès-verbal de l’interrogatoire. On peut imaginer son angoisse, quand lui sont posées l es premières questions : il  ne connaît pas  de motif de sa convocation ; ni le nom de ses dénonciateurs ; ni ce que contient déjà son dossier ; ni par conséquent ce que sait ou ne sait pas l’inquisiteur…

Le suspect doit tout d’abord prêter serment de « dire toute la vérité sur luimême et sur les autres vivants et morts, sur l’incrimination d’hér ési e ». Il est tenu ensuite de confesser toutes ses « fautes », après avoir donné le nom de ses parents, conjoint, enfants, frères et soeurs… et après avoir résumé tous les faits notables de son existence. S’ il oublie certains détails liés à « l’hérésie » cathare, qui  peuvent être découverts plus tard, il risque une condamnation sévère comme parjure. L’inquisiteur complète la déposition du suspect en lui demandant des précisions qui seront notées minutieusement et uti lisées pour confondre d’autres suspects lors de cette session  du tr ibunal, ou même souvent de nombreuses ann ées après ave c l es inquisi teurs  su ivants, l es do ssi ers et f ichi ers individuels étant conscienc ieusement rédigés et archivés… Une aubaine pour les historiens !

Quand, aux yeux de l’inquisiteur, les aveux du suspect d’hérésie paraissent trop légers, celui-ci est conduit en prison pour « l’aider » à réfléchir avant un nouvel interrogatoire, parfois avec  quelques tortures physiques ou morales à l’appui… Enfin après les « aveux », le
présumé coupable est invité à renoncer défini tivement à la fréquentation des hérétiques, à abjurer la foi cathare, à combattre activement « l’hérésie » — par la délati on par exemple — et à servir l’église catholique. Vien t e nsuite assez rapidement l ‘heure de la sentence. Pour celui ou cel le qui pe rsévère dan s la foi de s « Bon s Ch rét iens », ainsi qu e po ur celles et ceux qui sont retombés dans l’hérésie après une première abjuration ( les relaps), l’affaire est entendue : ils sont remi s par l’ inquisiteur au bras séculier (car l’église catholique « qui a horreur du sang versé » n’ose pas exécuter  ell e-même les personnes qu’elle condamne…), c’est-à-dire qu’ils seront  brûlés immédiatement sur un bûcher.

Mais il arrive que certains, au pied du bûcher, demandent à abjurer : ils sont al ors de n ouveau inter rogés par l’inquisiteur qui les renvoie à la prison (sauf les relaps condamnés définitivement) ou les livre de nouveau au bûcher, s’i l estime que le repentir n’est
pas sincère. Quant aux autres suspects d’hérésie, l’inquisiteur les réintègre dans l’église en leur infligeant une pénitence plus ou moins sévère : port de croix d’infamie cousues l’une sur la poitrine et l’autre dans le dos, pèlerinages plus ou moins lointains, amendes diverses, pri son limi tée à quelques années ou bien pour la vie. Mais malheur à celle ou celui qui récidive : ce pourrait être
alors le bûcher !

Les mor ts n on plus ne sont pas épargnés. Si, au cours des interrogatoires, l’inquisiteur découvre que telle ou telle personne est  décédée « en odeur d’hérésie », elle sera déterrée, promenée  en procession dans les rues de la ville ou du village, et finalement ses  restes seront brûlés sur un bûcher. Ses biens se ro nt conf i squ és et son anc ie nne maison détruite — comme pour tous les condamnés — avec l ‘interdicti on de reconstruire à jamais sur ces mêmes lieux.

Mais le délit d’hérésie n’est pas seul invoqué par l ‘inquisition pour s’emparer des biens de la population. Ceux qui font o bstac l e au pai ement de s dîmes en faveur de l’église sont euxmêmes l ourdement condamnés, car pour l’église leur résistance à l’impôt met en pér il l’ ordre économique et social.

Les sentences sont lues lors d’une cérémonie religieuse devant une église, comme à Toulouse devant la cathédrale Saint-Étienne.  L’inquisiteur est entouré pour l’occasion des membres du tribunal et de tout le clergé du lieu et du voisinage. Leurs frais de déplacement seront remboursés avec la vente de bi ens co nf isqués au x pré ven us. Le peuple aussi doit assister à ce « sermon public » appelé « acte de foi » ou autodafé…
La haine des populations
L’inquisition s’en prendra ainsi à t oute une population vaincue, dé jà traumatisée par vingt ans de guerre de 1209 à 1229. Dans toutes  les villes et  dans les plus petits villages personne ne sera épargné : qu’il soit bon catholique o u croyan t cathare, cheval ie r, paysan ou artisan, chacun subira dans sa vie quotidienne une surveillance permanente, par un clergé tenu d’exécuter l es consignes de l ‘inqui siti on et du traité de Paris, même si certains curés se montrent solidaires de leurs compatriotes d’Occitanie…

Devant toutes les injusti ces et les cruautés commises par les tribunaux de l ‘inquisi tion, on peut comprendre la haine qui s’emparera des populations con ce rn ées, non seul ement cont re l’Église, mais aussi contre les occupants français qui sont mutuellement  solidaires.

Une haine tenace qui durera bien deux siècl es et qui engendrera sans doute, dans nos régions occi tanes, un certain  anticléricalisme récurrent.

Georges Labouysse

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – Los 30 ans de Calandreta

Juil 17, 2010

La federacion Calandreta, a l’escasença deu son congrès, festejava los sons 30 ans deu 12 al 15 de mai de 2010, a Cap Descobèrta, dab  la tematica « La lenga d’una cultura ». Mei de 400 personas se tornèron trobar per 4 dias de talhèrs e de seradas.

Tots los qui an participat a l’istoria de Calandreta èran presents : Anna-Maria Ròth qu’inventèt aquel mot de Calandreta — un aucelon del vinhal, qui anóncia la prima de la lenga — e qu’apitèt la purmera Calandreta a Pau en 1979, mes tanben, Jaumeta Arribaud, la qui bastiguèt la de Besièrs. En se lançar dens aquesta aventura, pensavan pas, 30 ans après, que las calandretas poscan transméter la lenga i a quasi 3 000 calandrons sus Occitania tota. Calandreta qu’a demontrat qu’èra un projècte frutèc, qui respon a ua demanda deus parents e qui auhereish ua formacion de qualitat. Los efectius de las escòlas continuan de créisher, e i a la volontat de s’espandir sus lo segondari dab dejà 2 collegis a Besièrs e a Pau.

Calandreta de pertot…

Dens los « oficials » qui èran representats per la ceremonia, lo rectorat de Tolosa — Daidièr Agar — es un ancian regent de Calandrata, lo Conselh Regionau d’Aquitani — Dàvid Grosclaude — es un parent de Ca landron e lo de Mieidia -Pirenèus — Guilhèm Latruvèrsa — podeva testimoniar en tant que purmèr calandron de Pau. Per el, « Calandreta n’ei pas sonque ua escòla ont aprenem a legir e a escriure l’occitan, qu’ei un endret ont podem utilisar la lenga dab los amics e dab tot lo mond, ont aprenem a pensar en lenga noste, a aimar la vida en occitan ». Lo sistemi immersiu prepausat per Calandreta « qu’ei lo sistemi lo mei eficaç per formar locutors en occitan, capables de transméter la lenga. Que li cau perméter de s’adreiçar aus 99% de mainatges qui, en Occitania, seguisson sonque un ensenhament monolingui ».

 

Qué son devenguts los ancians calandrons ?

La situacion deus ancians calandrons qu’ei un subjècte d’estudi de la confederacion. Tot ua seria d’intervistas son previstas e seràn disponiblas sus lo siti de la confederacion . D’unes continuan d’utilizar la lenga e quitament tribalhan dab coma los qui son ara regents en Calandreta. Au contrari, d’autas ne l’utilizan pas cada dia, quitament si i a pas de chifras pel moment. Segon lo president de las  alandretas — Joan-Loís Blenet — « las Calandretas son de fogals de la vida de la lenga occitana e de sa cultura. Transmeton amb la lenga una cultura rica que devèm mai  conéisser, mai valorar e mièlhs ensenhar. » Demora donc de tribalh dens los trente ans a venir
per har sortir la lenga de l’escòla, per la portar cap aus parents. L’environament sociolinguistic a força cambiat dempuèi trenta ans, l’epòca actuala poderé estar mei dubèrta.

Claudi-Albèrt Andreta

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – Entre centralisme e federalisme …

Juil 17, 2010

La crisi en Euròpa, l’Euròpa en crisi ?

C’es t la Grèce qui a donné la première l’alerte : le système monétaire basé sur l’Euro n’est pas un bouclier qui garantit stabilité et niveau de vie des citoyens. L’état grec, pris dans ses dépenses militaires excessives, l’a appris à ses dépens et s’est livré à une politique de casse sociale : augmentation drastique des impôts, privatisations, baisse des salaires.

La réaction dans la rue fut violente. La réaction au Conseil de l’Europe fut lente, difficile. L’Europe était renvoyée à ses limites : une juxtapos i tion d’États incapable de prendre des décisions, un parlement avec un pouvoir toujours insuffisant même après un nouveau traité constitutionnel.

Ensais per tornar inventar lo sistèma politic dens l’Estat francés

Deux logiques veulent transformer le paysage politique dans l’hexagone : l’émergence du centralisme métropolitain d’un côté et le dépassement des structures politiques de l’autre. Sarkozy 1er souhaite une réforme territoriale à son image de monarque, dernier
centralisateur d’une longue lignée, il dessine un monopole du pouvoir financier par l’État, et un renforcement de la mégapole parisienne. Plus aucun pouvoir en région, uniquement la concentration de richesse, d’emploi, de services sur quelques rares métropoles et autour, le désert, traversé par des autoroutes et des LGV. Voilà, une réforme technocratique qui éloigne toujours plus les élus des citoyens.Les partis polit iques tradi tionnels sont désaffectés. Après le Nouveau Parti Anticapitaliste, le Front de Gauche et Europe Écologie tentent une nouvelle forme de militantisme entre pol itique et citoyenneté. Fédération, coopérative, réseau,  l’écologisme politique et l’ occi tanisme pol i tique doit lui auss i se réinventer et se dépasser.

 

Una Occitania federala ?

L’assemblée générale de l’Institut d’Estudis Occitans le clamait haut et fort à Limoges début mai : nous sommes une fédération ! Le
soir, un débat avec les élus de Limoges et du Limousin, ainsi que les nouveaux élus d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées était ciblé sur la politique interrégionale pour l’occitan. L’enjeu est clair : construire rapidement un outil collectif — un office public de la langue  occitane — pour relier les régions entre elles, de l’Aquitaine à la Provence, du Limousin à la Catalogne en pas sant par le Piémont . Construire un avenir commun, respecter les différences, mutualiser les initiatives sont des objectifs pour notre territoire. Unie dans la
diversité : pour l’Europe et pour l’Occitanie ?

Guilhèm Latrubèssa

Ne saber mai / En savoir +

N°178 – Jean Marie Pelt, les valeurs d’un écologiste

Juin 17, 2010

Nous avons eu le plaisir de rencontrer Jean Marie Pelt à Gaillac juste après une confé rence sur les valeurs de l ’écologie.  Ethnobotaniste, auteur de nombreux livres, chro niqueur radi o réputé, c’ est un érudit mal ic ieux et bienveillant qui a bien voulu répondre à nos questions pour les lecteurs d’Occitània-Volèm viure al país.

Occitània : Pensez-vous vraiment que l’écologie est en train de changer notre société ?
J.M. Pelt : Vous savez, on peut dire qu’aujourd’hui, à l’heure où nous parlons, deux univers complètement étrangers l’un à l’autre se côtoient. D’un côté vous avez la technologie, la science, qui produit des pest icides par exemple. C’est en quelque sorte notre monde et il est en train de disparaître peu à peu. L’autre univers c’est celui des  » agro-bios  » qui utilisent les produits naturels de façon plus ou moins empirique. Le problème c’est que la recherche scient ifique ne s’est pas intéressée à ces méthodes. Je suis en train de travailler
sur les associations bénéfiques entre plantes. Je suis allé rencontrer mes collègues de l’INRA : aucune recherche n’est menée sur ce sujet ! Mais je suis optimiste.

En 2030 l’Europe interdira probablement les principaux pesticides actuels : l’histoire est en marche.

 

— Vous pens ez que le s mentalit és sont en tr ain d’évoluer ?
— J’ai étudié l’évolution du rapport homme/nature au cours de l’histoire. Je distingue trois grandes périodes. De la fin de l’antiquité jusqu’au moyen âge, la nature est perçue comme admirable. Pendant cette période, tout le monde est croyant et la nature est belle car elle est le reflet du créateur. Plus tard au moment de la Renaissance, Descartes marque un tournant : selon lui, les hommes sont les maîtres et possesseurs de la nature. C’est le début de l’exploitation de la nature qui est perçue comme un réservoir dans lequel on peut
puiser. Alors on s’est mis à consommer, à vider le réservoir et à produire des déchets. Avec Darwin et la théorie de la sélection naturelle, on a franchi un cap supplémentaire : la nature c’est la loi du plus fort. La nature est alors vécue comme  » méchante  » . Cette
vision s’est propagée et elle s’est diffusée dans d’autres théories. Marx y a vu un modèle de la lutte des classes. Les libéraux la libre concurrence… Le monde s’est engagé à fond dans toutes sortes de compétitions, guerre économique, conflit social, combat politique…
Enfin depuis quelques années nous prenons conscience que nous sommes responsables de l’avenir de nos enfants. Descartes s’est trompé : l’homme ne maîtrise pas toute la nature, nos enfants auront-ils une vie aussi  » bonne  » que la nôtre ? Pas sûr du tout !

— C’est une question très politique…
— Avez-vous remarqué les mots employés en politiqu e ? On parle de  » combat politique « , de  » b a t a i l l e électorale « , de  » campagne électorale « , comme au temps de Napoléon ! Je trouve que c’est l’honneur de l’écologie de montrer qu’il n’y a pas que la compétition mais aussi la coopération. C’est avec la solidarité une des valeurs clé de l’écologie.

— La solidarité, tout le monde en parle !
— La solidarité entre générations par rapport à ce que nous allons laisser à nos enfants est vraiment une valeur de l’écologie. Un autre grand problème de notre société c’est l’écart entre les plus riches et les plus pauvres qui ne cesse de croître. Les riches gagnent toujours plus d’argent. Pour quoi faire ? Acheter u  4×4 encore plus polluant ? Une autre valeur de l’écologie est la sobriété. Qu’on arrête de nous bassiner avec la vie des milliardaires et tout le  » bling-bling  » qui va avec !

— Quel est le message le plus important que vous souhaitez faire passer dans vos livres, vos conférences…
— Je pense qu’il faut retrouver la convivialité entre humains et monde vivant. Ne plus se comporter en brutes qui maltraitent la  nature. Les valeurs de l’écologies ont aussi celles des grandes spiritualités : sobriété, solidarité, coopération, équité. Nous avons surtout besoin d’aimer et d’être aimé. En résumé, je dirai qu’il faut passer de la civilisation du dollar à la civilisation de l’amour !

Propos recueillis par Hugues Jourde.

Jean Marie Pelt a écrit de nombreux ouvrages. Nous vous conseillons  » L’écologie pour tous  » aux éditions du Jubilé. Cet ouvrage pré sente sous la forme d’un entretien l es grandes problématiques de l’écol ogie, en élargissant la réflexion à un véritable humanisme trop souvent oublié.

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – Condamnation de l’acte de guerre d’Israël

Juin 7, 2010

Le Partit Occitan condamne l’acte de guerre contraire au droit international de l ’armée israélienne contre la flotille civile qui apportait vivres et médicaments aux populations de la bande de Gaza.

La réaction disproportionnée de forces spéciales contre des civils , causant de nombreuses pertes humaines, aggrave les risques d’extension des conflits au Proche Orient et repousse une nouvelle fois les tentatives de règlement politique.

La faiblesse internationale face aux efforts de paix, l’absence d’une initiative européenne en leur faveur, ont favorisé l’escalade actuelle. Les prises de positions conjoncturelles des responsables du gouvernement français s ont sans rapport avec la gravité d’une
situation prévisible.

Le Partit Occitan appelle à lever totalement le blocus de Gaza, à sanctionner l’armée israélienne et à suspendre les accords de partenariats économiques entre l’Union européenne et Israël. Nous soutenons tous ceux qui, en Israël et en Palestine, agissent avec le camp de la paix, pour parvenir à une solution poli tique permettant l’existence réelle d’un État palestinien.
Poc

Ne saber mai / En savoir +

N°171 – PARUCION : « Cèrcas I » de Sèrgi Viaule

Mai 17, 2010

Per passar una vesprada d’estiu a l’ombra de la lenga nòstra : « Cèrcas I » de Sèrgi Viaule
Aqueste recuèlh es un florilègi, una seleccion, de tèxtes que son ni poèmas, ni poës ias. Se ca l pas enganar sus la merça, se merça i a.
Nimai se mesprene. Se tracha just de qualques mots apertierats per tr adus ir, un gredon a la man, d’unes sent its. S on pas que la
ma teria lisa cion d’esmòugudas qu’an pas res d’extrà -ordina ri. Segon lo cas, cada pèça es estada escricha tot d’una o foguèt laboriosa
a espelir. De cap de biais an pas de pretencion literària, jamai de la vida . Son la vida . Son pas qu’escriches espelhandrats, ni mai,
ni mens. Son paraulas getadas al vent. Son venguts, al bestorn d’una carrièra , d’un eveniment ma i o mens aürós o d’una randura al fin
fons del campèstre. Son de las quatre sasons, emai venon, benlèu, de pus luènh. Se s on impausat coma l’amor e la mòrt ; coma la
pluèja o lo bèl temps. Espeliguèron a miègjorn o a mièjanuèit. A la raja del solelh o al clar de luna. Aqueste recuèlh es un florilègi,
una seleccion, de tèxtes que son ni poèmas, ni poësias…

Colleccion « Escriches literaris» ;
64 paginas ; format A5
Prètz : 6,10 euros franc del mandadís
(chèc a l’òrdre de « ADEO »
D e comandar a : ADEO B.P. 28 81370
Sant Sulpici la Punta

Ne saber mai / En savoir +