La crisi en Euròpa, l’Euròpa en crisi ?

C’es t la Grèce qui a donné la première l’alerte : le système monétaire basé sur l’Euro n’est pas un bouclier qui garantit stabilité et niveau de vie des citoyens. L’état grec, pris dans ses dépenses militaires excessives, l’a appris à ses dépens et s’est livré à une politique de casse sociale : augmentation drastique des impôts, privatisations, baisse des salaires.

La réaction dans la rue fut violente. La réaction au Conseil de l’Europe fut lente, difficile. L’Europe était renvoyée à ses limites : une juxtapos i tion d’États incapable de prendre des décisions, un parlement avec un pouvoir toujours insuffisant même après un nouveau traité constitutionnel.

Ensais per tornar inventar lo sistèma politic dens l’Estat francés

Deux logiques veulent transformer le paysage politique dans l’hexagone : l’émergence du centralisme métropolitain d’un côté et le dépassement des structures politiques de l’autre. Sarkozy 1er souhaite une réforme territoriale à son image de monarque, dernier
centralisateur d’une longue lignée, il dessine un monopole du pouvoir financier par l’État, et un renforcement de la mégapole parisienne. Plus aucun pouvoir en région, uniquement la concentration de richesse, d’emploi, de services sur quelques rares métropoles et autour, le désert, traversé par des autoroutes et des LGV. Voilà, une réforme technocratique qui éloigne toujours plus les élus des citoyens.Les partis polit iques tradi tionnels sont désaffectés. Après le Nouveau Parti Anticapitaliste, le Front de Gauche et Europe Écologie tentent une nouvelle forme de militantisme entre pol itique et citoyenneté. Fédération, coopérative, réseau,  l’écologisme politique et l’ occi tanisme pol i tique doit lui auss i se réinventer et se dépasser.

 

Una Occitania federala ?

L’assemblée générale de l’Institut d’Estudis Occitans le clamait haut et fort à Limoges début mai : nous sommes une fédération ! Le
soir, un débat avec les élus de Limoges et du Limousin, ainsi que les nouveaux élus d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées était ciblé sur la politique interrégionale pour l’occitan. L’enjeu est clair : construire rapidement un outil collectif — un office public de la langue  occitane — pour relier les régions entre elles, de l’Aquitaine à la Provence, du Limousin à la Catalogne en pas sant par le Piémont . Construire un avenir commun, respecter les différences, mutualiser les initiatives sont des objectifs pour notre territoire. Unie dans la
diversité : pour l’Europe et pour l’Occitanie ?

Guilhèm Latrubèssa

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu