Un moviment social dens la carrèra

Fortement inspiré du printemps arabe et berbère, le nord de la Méditerranée s’est mis en mouvement. C’est le sud de l’Europe, ce sud le plus rudement touché par les crises économique et financière qui s’est réveillé le premier. Là aussi, ce sont les jeunes, ce sont les  hyperdiplômé- e-s qui sont les plus indignés de rester dans la précarité.

Mais finalement, que veulent ces « indignados » ? Faire tomber les dictateurs, changer la société, dénoncer la confiscation du pouvoir par quelques uns ? Cette lame de fond a une ambition grande et une aptitude à utiliser les nouveaux moyens de communication. Internet et le téléphone portable seraient des outils hyper contrôlés ? Peu importe, ils permettent de diffuser en temps réel les infos, les vidéos des manifestations, les violences policières. C’est la cyber-révolution qui laisse de côté les s yndica ts, les associations, les pa rtis politiques.

Les indignés en ont assez des fausses alternatives avec les partis au pouvoir qui se partagent le gâteau. Reste à savoir quelle est la capacité de notre oligarchie à se réformer, et jusqu’où faut-il aller pour faire bouger les choses.

La novèla creacion artistica es sus l’empont

La période estivale est le meilleur moment pour  découvrir et redécouvrir les artistes occitans, et ceux venus d’ailleurs. Au milieu de tout cela surgit toute une nouvelle scène, un nouveau souffle, avec une incroyable énergie. Une envie de le faire en occitan, une envie de réinventer le traditionnel de demain, une envie d’échanger avec le public. Et le tout dans la débrouille de notre société : autoproduction, autodiffusion, collectif d’artistes, tout cela pour exister.

Créer en occitan doit devenir pour eux un acte « normal », décomplexé. Et le public est invité à les suivre.

E l’avenidor del discors politic occitan ?

Le monde évolue, l’Europe se transforme, Occitania bolega tanben ? Que recherche-t-on finalement : une Occitanie idéalisée,  conservée dans du formol ou bien une Occitanie qui sourit, qui souffre, qui vit tout simplement  Quelle différence entre l’occitaniste d’hier et le militant pour la société occitane d’aujourd’hui ? Quelles sont leurs objectifs, les priorités, les modes d’actions ? La société occitane doit rester en mouvement avec les autres sociétés de la planète si elle veut exister. Reste à bien écouter tous ceux qui bougent et construisent l’avenir.

 

Guilhèm Latruvèrsa

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu