« Si, globalement, institutions et médias, se félicitent de l’opération, le Partit Occitan continue de s’interroger sur le sens d’une action culturelle insuffisamment tournée vers les racines populaires de cette région. Marseille est une ville chargée d’histoire, de contestations multiples, de projets inaboutis. Confrontée à sa dimension régionale et européenne elle est profondément marquée par les inégalités sociales, comme territoriales et peine à jouer son rôle de capitale. Face à cette situation, l’opération MP2013 propose une série de manifestations unanimistes. Or la situation socioculturelle est tout autre : le peuple marseillais souffre d’une acculturation presque achevée. On nie jusqu’à son accent; la culture mise en avant par MP2013 est de « bon ton ». En quoi se différencie-t-elle de ce qu’on voit et entend de Lille à Francfort Est-ce en tournant le dos à la culture populaire qu’on recréera du lien social ?

Cette culture uniformisée ne peut remplacer notre culture régionale, et ses expressions linguistiques. MP 2013 laisse peu de place à l’expression d’Oc. Pourtant le socle culturel de la Provence est bien une langue et une culture qui souffrent de leur trop faible représentation dans la vie publique. Certes, la Compagnie Montanaro sera présente. Certes le « village provençal » rassemblera des associations culturelles qui sont sur le terrain et travaillent souvent de façon bénévole. Et si nous soutenons les apports extérieurs et intérieurs présents toute l’année, si des artistes venus du Nord et du Sud créent, vivent et travaillent ici, nous aurions souhaité que la priorité leur soient donnée. Car le local et le régional sont bien vivants avec les associations de quartier et les lieux alternatifs créatifs. Dans une société qui tend vers une culture uniformisée, MP2013 ne nous semble pas favoriser la personnalité régionale, sa culture et à sa langue, comme l’ensemble des pratiques culturelles inventées ici. Or, c’est en cela que Marseille est une « ville des diversités » et qu’elle est à même de retrouver le sens de la culture, cet ensemble des pratiques sociales, de liens d’une société.

Si MP 2013 veut permettre l’expression plurielle des cultures elle ne peut admettre que la langue de la Provence soit reléguée à l’arrière-ban. Des moyens budgétaires importants doivent être consacrés à l’universalité de la culture d’Oc à laquelle les provençaux restent attachés. Ils permettront de refonder notre personnalité régionale de tout temps assise sur l’ouverture et la diversité. »

                                                           Pour le Bureau de Région Provence- Partit Occitan, Hervé Guerrera, Gérard Tautil                        BP 2- 84400 GARGAS- Communiqué 18/01/2013

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu