Je ne connais pas toutes les finesses historiques de la mécanique qui vous mène dans la situation présente, en Belgique. Vu d’ici, une fédération semblait pour la Belgique une solution raisonnable, susceptible de permettre à chacun de se sentir respecté et de vivre son autonomie. Mais il semble que cela ne soit pas le cas. J’avoue ne pas comprendre…

Certes, la Belgique n’est pas un « vieux » pays de ce vieux continent, mais toutes les régions de cette zone de l’Europe ont été, jusqu’au XXème siècle, en perpétuelle mouvance. Et la Belgique avait le bonheur de nous dire qu’il n’est pas fatal, pour une petite région, de  tomber sous la coupe d’un grand État voisin.

Ce qui nous donne le vertige, c’est de savoir qu’une partie d’entre vous voudrait votre rattachement à la France. Faut-il que vous soyez déprimés pour être à ce point suicidaires ? Savez-vous ce qu’est un département ou une région française ? Politiquement : rien, ou presque. Souhaitez-vous, sincèrement, être le 91ème faire-valoir du nombril parisien, de ses princes, de son microcosme  intellectuellement despotique ? Êtes-vous désespérés au point de vouloir disparaître dans l’ogre républicain (à la française) ?

Nous imaginons mal le Luxembourg demander son rattachement à qui que ce soit, ou les Jurassiens suisses se départementaliser. Quelles que soient les difficultés, l’Europe ne nous offre-t-elle pas d’autres perspectives ? Je n’ai pas de leçon à vous donner, mais à vous dire seulement que nous autres, autonomistes, cherchons depuis fort longtemps la pierre philosophale pour tenter d’exister dans ce putain d’État.

Vous qui l’avez entre les mains, ne la jetez pas aux orties !

J. Pince

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu