Le Manifeste occitaniste est un texte proposé par David Grosclaude et Guilhem Latrubesse. Ce texte
a pour ambition de rassembler tous ceux qui veulent donner un avenir à l’Occitanie avec comme
échéance concrète les élections municipales de 2014. Samedi 9 février à Montauban plus de 70
personnes étaient présentes et ont montré leur intérêt pour cette nouvelle dynamique. Toutes ces
personnes ont discuté de la meilleure façon de faire entrer les préoccupations occitanistes dans les
conseils municipaux. Des élus ont parlé de leur expérience…..
Nous vous proposons ci-après une sélection des extraits des interventions les plus marquantes.

Anne Marie Hautant : Je suis élue dans la villed’Orange, dans l’opposition à M. Bompard, maire d’extrême droite. Je me bats tous les jours pour mettre en avant le vivre ensemble, et comba t tr e la « bunkerisation » de la ville. Mais attention à Orange la Ligue du Sud (le parti de Bompard) a réuni l’été dernier ses militants. Ils étaient 3 fois plus nombreux que nous aujourd’hui. J’y suis allée pour voir de quoi il r e t o u r n a i t : j’ai vu des choses très inquiétantes, j ’ai entendu des énormités ! Je me suis fait sortir au bout d’1/4 d’heure. Nous devons nous mobiliser, ne nous faisons pas voler l’identité occitane, faisons connaître le manifeste !

David Grosclaude : Le manifeste met en circulation des idées qui ne sont pas bien connues. S’afficher occitanistes c’est un effort, nous sommes des citoyens comme les autres, nous avons le droit de poser les questions aux élus… Aujourd’hui nous représentons un véritable mouvement social avec 30 000 manifestants à Toulouse en mars dernier. Citez-moi un autre exemple de manif qui rassemble autant de monde dans un but désintéressé ? Le manifeste a déjà recueilli près de 500 signatures. Je trouve que c’est déjà bien dans ce monde ou tant de gens ont peur de s’engager. C’est un bon début.

Patrick Roux : En tant que directeur d’un grand festival occitan (l’Estivada de Rodès) je me rends bien compte que les élus considèrent l’occitan comme un supplément d’âme. Pour eux, c’est une v ariab le d’ajustement qui risque de faire les frais de la crise actuelle. Il y a une urgence culturelle pour l’occitan qui est gravement menacé. Je suis surpris de voir qu’il n’y a qu’un peu plus de 400 signatures du manifeste ! Si nous ne sommes pas ca pab les d’or ganiser de la propagande, de toucher beaucoup plus de personnes, nous ne changerons rien.

Gerard Tautil : Le i causas venon c omplicadas quand l’idèa d’una « refondacion » de l’occitanisme es avançada. Aquò pausa doas questions : – La premiera es de se demandar en cu s’adreiça aquela crida. Ais occitanistas ò a una opinion publica que saup pas pron çò qu’es Occitània e mai largament que coneis pas la mitat de la realitat de la societat 4 occitana ai 3/4 escafada dins la vida vidanta ?. – La segonda es la crese nça pro si stemat ica e ipotetica de s’imaginar que « refondar » entre nautrei es trobar de practicas e de valors novèlas dins una pontanada de quauquei mes. E d’experiéncia, sabèm pron que valors e practicas son ligadas e que fau una estirada longassa dins la vida d’un òme per far naisser una idèa e un camin nòus.

Une grande diversité, un bel espoir

Voici maintenat le c ontenu pr incipa l des interventions du public :

• « C’est difficile de passer du culturel subventionné par les bienveillants amis « s o c i a l o », à la politique. Certains craignent de s’afficher comme concurrent des partis de gauche. »

• « C’est formidable d’entendre parler français, occitan de Bé arn, de Provence, etc. .. Et tout le monde se comprend ! Nous sommes menacés d’avoir une langue qui se retrouvera dans le cimetière des bibliothèques. Nous devons nous rassembler pour la défendre au delà de nos différences. » • « Les gens sont dégoûtés de la polit ique. Ils ont perdu espoir, et c’est l’extrême-droite qui gagne du terrain. Nous a vons un trésor entre les mains : l’Occitanie et son histoire, ses valeurs que portaient déjà les troubadours comme « lo paratge e la conviv é n c i a ». C’est ça qu’il faut proposer à la population dans un esprit d’ouverture qui dépasse les clivages partisans. »

• « Pour la première fois, j’entends dire des choses que je pense depuis longtemps. Fini le piège du repli sur soi, du communautarisme etc… On veut mettre en place un pacte républicain occitan ! »

• « La question des médias est importante. Si on n’a pa s les out ils de c ommunic at ion suffisants c ela explique le manque de signatures du manifeste. Je propose quelques pistes : faire comme en Catalogne pour faire adhérer les gens. Il y a aussi la question lancée par les bretons pour avoir des chaines de télévision publiques en langues régionales. Enfin pourra it-on c olla borer avec le « J o r n a l e t » s u rinternet ? Quand on voit « médiapart » qui réussit, il faut faire pareil pour l’occitan ! »

• « Assistem a de moviments de populacion cap a las grandas metropòlis. I a un grand dangier de veser cader los territoris regionals. Aquò es ja fach a Lion, e es en tren de se passar a Tolosa. Un grand moviment occitanista deu prener en compt e aquel prob leme. Sufirà pas d’aver qualques conselhers municipals per afrontar aquela situacion. »

• « L’important ara es de crear de comitats de pilotage del manifeste un pauc pertot sul territòri. Sem clar : nos aligarem pas ambe de monde d’extrema dreita. Lo jornalet sus internet fa fòrça polemica, ieu m’agrada pas aquel biais. Los joves nos escotaran pas se parlam coma dins las annadas 70. Cal pausar las causas sens rigiditat ideologica. »

• « J’ai été élu avec dans un conseil municipal avec des socialistes. C’était dur d’être le seul occitaniste au conseil municipal. Avec le manifeste on aura des gens autour de nous et on sera moins seul, on pourra citer des exemples de ce qui se fait dans les villages et villes d’à côté . C’e st important individuelleme nt, et collectivement. Un réseau d’élus c’est très important.

• « J’ai participé à 3 réunions sur le manifeste. A chaque fois c’est positif. Personne ne s’engueule. Les gens s’écoutent , ils ont envie d’agir, ils repartent motivés. »

• « J’apporte mon soutien à cette refondation ou a g g i o r n a m i e n t o ! Les gens autour de moi trouvent ça bien parce que ce n’est pas trop politicien. Je garde en mémoire le cortège avec les drapeaux occitans lors de la manif de Carcassonne. Et puis toutes ces calandretas qui ouvrent, ça prend du temps, mais on avance. Il y a 15 ans je ne pensais pas qu’un jour on aurait tout ça, et qu’on aurait aussi des élus au conseil régional ! »

• « En tant qu’écolo je trouve dommage qu’on parle de croissance dans le manifeste. Pour la diffusion du manifeste on pourrait envoyer un mail à ceux qui ont déjà signé pour leur demander de diffuser autour d’eux. On pourrait aussi faire un flyer papier pour faire connaitre le manifeste. Et distribuer ce flyer dans tous les lieux labélisés oc per l’occitan. Ce serait bien qu’on s’intéresse aux mouvements style « c o l i b r i » , autres monnaies, etc.… pour faire du prosélytisme. »

*** Faites connaître le Manifeste ***

Vous pouvez faire connaître et signer le manifeste autour de vous en vous rendant sur le site : www.manifeste-occitaniste.com

Vous y trouverez également toutes les informations sur les rencontres à venir.

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu