Paroles de participants :

 

Plusieurs participants ont accepté de nous présenter quels peuvent être, selon eux, les intérêts pour les régionalistes d’être représentés au parlement européen et dans les institutions européennes…


 

Victor GALLOU, Union Démocratique Bretonne

« L’intérêt pour les régionalistes et les autonomistes d’être présents au Parlement Européen, c’est d’abord une question de visibilité pour les valeurs de solidarité et de respect des identités que nous incarnons. Parmi  tous les députés européens actuels ou futurs, quasiment tous sont issus des partis majoritaires, en France le PS et l’UMP. Ce sont des députés  qui ne partagent généralement pas nos idées régionalistes et notre cause ne peut donc pas être défendue au niveau Européen, alors que c’est pourtant là que sont prises les décisions déterminantes pour notre quotidien ! A contratio, le fait que des députés, à Bruxelles ou Strasbourg, incarnent des valeurs, comme celles portées par Régions et Peuples Solidaires ou l’ALE, présente pour nous un l’intérêt essentiel.

Le fait que les circonscriptions des européennes soient si mal dessinées ne nous arrange pas les choses. Ca nous est même défavorable et ne nous encourage pas. D’ailleurs, pour un député issu des grandes formations politiques nationales, il est totalement impossible de faire du boulot concret et efficace avec de si grands territoires. C’est ce qu’on voit aujourd’hui : qu’il soit issu d’un endroit ou même parachuté, un député fraichement élu ne peut pas faire de terrain, venir voir comment ça se passe concrètement. Le système en lui-même ne permet donc pas à nos idées d’être bien défendues. C’est à nous de nous mobiliser pour ensemble, incarner cette vision »

 

 

Jordi VIERA, Convergencia Democratica de Catalunya

« Pour nous les catalans de Perpignan, l’Europe est un échelon déterminant. Nous croyons en une Europe des peuples, solidaires, unie dans sa diversité. L’année prochaine va présenter un intérêt très important en Catalogne avec le scrutin sur la détermination du futur statut catalan. Participer aux élections, être présents dans les institutions, va nous permettre de faire passer et comprendre notre message. »

 

 

 

Phillipe DULUC, Eusko Alkartasuna

« En faisant le choix d’être représenté au niveau européen, R&PS contribue à faire connaitre l’état de nos nations, en besoins, en difficulté, en avancées. Mais c’est aussi un moyen de montrer que l’Europe en soit, c’est une Europe des peuples qui concerne nos peuples, nos territoires. Et pas simplement des états ! En ce qui concerne le pays basque, avoir un ou plusieurs représentants au Parlement nous permet de fournir un éclairage plus objectif sur la situation basque, et notamment sur le processus de paix, alors que les états français et espagnol ont tendance à simplifier au maximum pour résister à toute réflexion en profondeur sur l’état du Pays Basque. »

 

 

 

 

 

 

Bernard VATON, Partit Occitan

« Je poserai la question différemment : pourquoi pas ? Pourquoi n’aurions-nous pas notre place au sein des instances européennes ? C’est là quelque chose primordiale : parce que nous sommes aujourd’hui, nous les régions en Europe, une composante essentielle de l’Europe de demain. Ecossais, Catalans, Irlandais, Occitans… nous existons et devons donc avoir de l’importance dans le processus de décision ! Et d’autant plus qu’avec l’Europe des Etats qui est mise en place, si on ne crée pas un rapport de force avec la mise en place de listes de gens qui sont là pour représenter les différences identités et la diversité de l’Europe, ce ne sont pas les états qui le feront ! Si nous ne nous organisons pas pour défendre une vision fédérale et solidaire d’une Europe des peuples et des régions, personne ne le fera à notre place ! »

 

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu