C’est un bel exemple  de recherche de paix, en temps de guerre entre Palestiniens et Israéliens, qui nous est donné à Gaza. Certes, la langue hébraïque est une langue d’usage pour beaucoup de Palestiniens qui travaillent en territoire israélien. Nous savons combien une langue joue un rôle central dans la vie sociale. Pour les enfants palestiniens qui suivent ces cours, si restreints soient-ils, ils sont un signe de paix et d’échanges. Puissent les Israéliens également préparer cette paix en faisant de l’arabe une langue centrale d’échanges pour demain.

«  Despuei la rintrada d’octòbre de 2012, lei collegians de Gaza an la possibilitat d’aprendre l’Ebrèu coma segonda lenga. Sus lei 474 escolans que compta  lo collègi, 140 se son marcats per aprendre l’ Ebrèu. « Mai fauta de plaça la chorma dau collègi n’ a poscut  duerbir  qu’ una classa de 30 »,  ditz lo director que reçebe aqueu  matin de novembre, Mouissim ENAHIBI, reporter per RFI .

La classa d’Ebrèu es duerbida per de colegians de tresenca . A set oras e mieja leis escolans gazaouis intran dins la classa , en plaça dau « Salam alecum » tradicionau , lo professor saluda lei colegians emè un « Shalom ». Lei cors se debanan tres còps per setmana , e son fach per de professors que an travalhat en Israèl e que mestrejan la lenga. Charif , un collegian de 14 ans, s’ avança e ditz : « Es eisat  l’ebrèu , la lenga a un biais comun emè l’arabi , es clafit de letras que son parieras . » Lo joine perseguis : »L’ebrèu sembla força a l’arabi , ensin podrem sacher se se garçan de nautres , se nos bravejan, que tot simplamen podrem sacher çò que dison ! »  Nadim, una collegiana de treitze ans dins un collègi de filhas ditz , ela : « que d’ aguer lo gaubi de l’Ebrèu es un atot serios , d’abitud leis Israelians nos mespresan, per que sabon que lei Palestinians parlan pas l’Ebrèu, se senton lei passa-avans perque lei charradissas se passan dins sa lenga . »

Despuei la guerra que leis Israelians li an dich, operacien « piliers de défense », que s’es  debanada au mes de novembre, lo canton de Gaza se remes de seis auvaris, leis escòlas duerbon, lei cors d’Ebrèu an repres. Per un dei pòrta-paraula dau Hamas, Razia Hamed : « Se mestrejam la lenga , comprendrem un pauc miès lo vesin. Se leis òmes e fremas comprenon l’Ebrèu, podrem entendre lei mediàs israelians. I’a un provèrbi arabi que ditz, « Se vòs batre ton enemic, fau coneisser sa lenga . »

A la rintrada d’octòbre se duerbirà una segonda classa d’Ebrèu, fau sovetar que la lenga sieche un biais novèu de faire la patz ! »

 

Joan Pau MARTIN

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu