Villeneuve de Berg reçoit Josh Fox

En ce vendredi 5 septembre 2013, c’est soir de fête à Villeneuve de Berg. A l’initiative du « Collectif 07-Stop aux Gaz & huiles de Schiste », la petite ville ardéchoise de 2 800 habitants reçoit Josh Fox. « Standing ovation », remise du diplôme de citoyen d’honneur par M. Pradal, maire de la ville. C’est dans une salle en fusion qu’est honoré le lanceur d’alerte, celui dont le film GASLAND a contribué à éveiller les consciences et à montrer les risques de la fracturation hydraulique. Présentation de son film documentaire « The sky is pink« , des rushs de  Gazland 2, discussions avec les militants, puis musique et dégustation de vins ardéchois.

Villeneuve de Berg, capitale de la lutte anti Gaz de Schiste

Ce n’est pas un hasard si après avoir été reçu au Parlement européen, Josh Fox entame sa tournée européenne par Villeneuve de Berg. C’est en effet dans cette ville que le 26 février 2011, 15 000 manifestants ont montré leur détermination à s’opposer aux Schuepbach et autres Total. Manifestations qui ont abouti à l’abrogation des permis d’exploitation de Villeneuve de Berg, Montélimar et Nant, autre lieu de contestation. C’est encore à Villeneuve de Berg que s’est tenu en avril 2013 le 1er Forum pour la Transition Energétique en Ardèche.

021

 

La Vigilance reste de mise et la lutte continue

Certains pourraient se demander pourquoi la mobilisation se poursuit malgré la suppression des 3 permis, la loi de 13/7/2011 qui interdit la fracturation hydraulique et les promesses réitérées du Président de la République de ne pas autoriser celle-ci.

C’est que deux filiales de Total et Schuepbach ont introduit des recours devant le Tribunal Administratif estimant que les décisions d’abrogation de leurs permis leur causaient des préjudices. Schuepbach a même remis en question la constitutionnalité de la loi du 13/7/2011. Si la justice ou le Conseil constitutionnel donnent raison aux pétroliers, tous les permis pourraient être réactivés.

Le 30/8/2013, à la préfecture de Nîmes, la mission du professeur Deroin remettait son rapport d’expertise favorable aux prospections de Mouvoil dans le bassin d’Alès. Une centaine d’élus ardéchois et gardois soutenus par plus d’un millier de personnes sont venus dire leur opposition à ce rapport. Finalement, le préfet n’autorisait pas le passage des camions sismiques sur le bassin d’Alès.

Philippe Martin, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie a rappelé qu’il fallait respecter l’engagement du président de la République de l’interdiction de l’exploration des gaz de schiste mais certains membres du gouvernement sont sensibles aux sirènes des pétroliers qui mènent un lobbying très efficace auprès des politiques et des médias. Le rapport de l’Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques est d’ailleurs favorable à l’exploration et à l’exploitation des gaz de schiste.

Les travaux préparatoires de la Réforme du Code Minier se poursuivent dans une discrétion … inquiétante. Pour couronner le tout, les négociations sur l’Accord Economique et Commercial Global (AECG) entre le Canada et l’Union Européenne pourraient permettre à des sociétés canadiennes qui s’estiment lésées de contester la décision d’un gouvernement qui décide d’interdire la fracturation hydraulique et de lui réclamer des dédommagements importants.

 

La vigilance et la mobilisation sont donc toujours de mise.

                                                                                                          Gilbert BRAWANSKI

 

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu