Quand nous revendiquons l’autonomie pour l’Occitanie, cela signifie que c’est la réalité historique d’une aire linguistique qui est le fondement de la revendication. Cette réalité culturelle est attachée à une langue : l’occitan. Si nous perdons de vue langue et
culture, l’Occitanie n’a plus de sens et l’autonomie doit chercher ailleurs d’autres arguments.

Cependant, dès que l’on a borde le doma ine linguistique, il va de soi que l’on n’est plus dans un espa ce exclus ivement délimité ca r  l’occitan d’aujourd’hui est, par définition, langue de France, langue d’Europe et langue du monde. N’attendons pas trop d’une loi au devenir incertain qui, de toute façon, serait formatée par des élus toujours diff iciles à c onv aincre collect ivement . Profitons de l’imminence d’une Élection Présidentielle. Les cibles sont , ici, clairement ident ifiées ca r le nombre de candidats sera beaucoup plus réduit. Dans cette perspective, demandons-leur de se positionner sur des proposit ions concrètes dans le doma ine éducatif touchant à l’occitan, langue de France. Bien évidemment, ces object ifs néces sitent un plan de recrutement exceptionnel d’enseignants. La mise en plac e d’un éc héancier ne devr a pas exc éder la mandature présidentielle. Sans engagements précis, il faudra oser préconiser l’abstention.

• Première revendication : création d’un Secrétariat d’État aux Langues Régionales

Il faut demander aux candidats à la présidentielle de prendre l’engagement de créer un Secrétariat d’État aux Langues Régionales  rattaché au Ministère de l’Éducation Nationale. Pour le moment, il faut accepter la terminologie de ce seul article 75 de la Constitution
qui parle des « langues régionales » sans trop savoir si ces langues, dites régionales, peuvent être « non territorialisées », ce qui paraît  être une nécessité. Il est absolument indispensable qu’un tel ministère soit le garant et le maître d’oeuvre de l’enseignement de l’occitan.

• Deuxième revendication : création d’un organisme officiel, qui pourrait s’appeler « Conseil Pan- Occitan »

L’Occitan est la langue de l’Occitanie. Nous devons exiger la création, en coordination avec le Secrétariat d’Éta t et les Régions occitanes, d’un organisme regroupant des personnels de collectivités territoriales et d’associations représentatives pour défendre et promouvoir la langue occitane.

• Trois ième reve ndication : élaboration d’un référentiel pour un occitan « global »

Une des miss ions du Conseil Pan-Occitan sera de s’attacher à proposer un occitan « commun » avec la mission d’oeuvrer à la  réalisation d’un référentiel de formation. S’ il est général eme nt admi s que l’aire lingui stique oc ci tane couvre 32 dépar temen ts f ran  çai s, i l arr ive fréquemment que l’ on « réserve » à tel le région ou tel regroupement de départements une spécific ité dialec tale. L’État français joue habilement de ce registre – qui sous-tend la partition – en déléguant, souvent, aux divers rectorats le soin de ne valider les épreuves d’occitan que dans le dialecte le plus usité dans leur espace. Cela est inadmissible. Tout locuteur a le droit de s’exprimer, à  l’oral comme à l’écr it, dans le support linguistique de la variante qu’il privilégie. Cependant, il devient impératif de sortir par le haut – et sans exclusive dialec tal e – d’un e prat ique qui confor te la dialectisation en proposant un langage référent plus global. Ceux qui appren nent l’ oc ci tan e n deho rs des ai re s linguistiques histor iques de la langue – en Occi tanie ou ailleurs – sont les premiers  concernés par cette approche qui leur permet de communiquer plus facilement avec tous les locuteurs sans avoir à opter pour une variante géographique de la langue.

• Quatrième revendication : enseignement obligatoire de l’occitan dans tous les établissements scolaires

De la maternelle au lycée, il suffira, dans un premier temps, de s’appuyer sur les textes réglementaires ex istants déjà. Il va de soi que les Ca landretas obtiendraient le statut d’établissements privés sous contrat.

• Cinquième revendication : création d’un « Lycéedes Langues Romanes » dans chaquedépartement de l’Occitanie

L’Occitan est une langue romane. Il ne faut pas hésiter à le s ituer dans la continuité du latin et dans la pr ox imité des autres lang ues européennes d’aujourd’hui qui const ituent le « c roissant » géographique des langues romanes : le rouma in, l’italien, le corse, le  catalan, l’espagnol, le portugais. Nous devons revendiquer la création d’un lycée ouvert à toutes les langues romanes dans c haque «
département occitan ».

• Sixième revendication : création d’un « Lycée des Langues Régionales » dans tous les départements

L’Occitan est aussi présent en dehors de son aire historique et des locuteurs d’autres langues régionales se retrouvent partout, sur le territoire français. Nous devons revendiquer la création d’un lycée ouvert à toutes les langues dites régionales par département.

Claude Assémat

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu