La situacion del Malí patís unag randa confusion.

Aqueste país pauc conegut, enclavat e sens sortida sus la mar, coneis una pauretat de las grandas. De las front ièras del nòrd traçadas a la règla a travers lo Saharà, fins al sud asagat pel flume Niger, es una seguida de pòbles, de lengas, de costumas e de religions que lo pòble dogon prep de Bandiagarà n’es lo mai conegut.

Aguèri lo pla ser de viatjar dins aqueste país en 2010, e mercés a de c onta ctes recents ambe d’unes malians o franceses installats aval, pòdi far partejar als legeires d ’ O c c i t a n i a qualques informacions de primièra man. Dejà en 2010 la situacion dins lo Nòrd del pa ís s’èra plan tib ada ambe una revòlta dels toaregs regropats dins lo MNLA (Moviment Nacional de Liberacion de l’Azawad).

Aqueste pòble èra vict ime dempuèi d’annadas del mespretz dels autres pòbles malians, e daissat a l’abandon dins un contèxte sub-saharian fòrça dificile.

D’autra part, se sap que dempuèi d’annadas de gropes islamistas d’Al Quaidà èran pr es ents dins aques ta region del sud Saharà (Mauritania per exemple). Aqueles gropes son responsables d’enlevaments d’europèus, e an dejà executats d’unes de lors presonièrs. La c risi de Lib ia en 201 1 aaccelerat lo procèssus : los milicians emplegats per Kadafi an fugit la Libia quand son regime tombèt l’an passat.

D’unes se son refugiats dins lo Saharà, emportant ambe eles un armament important. La jonccion d’aqueles milicians ambe de gropes islamistas, de vendas d’armas probablas als Toaregs del MNLA explican la desbandada de l’a rmada ofic iala del Ma lí qu’abandonèt lo nòrd del país als islamistas e al MNLA. De centenats de milierats de personas an fugit l’avançada del MNLA e dels islamistas e cèrcan sosten en particulièr dins la capitala Bamakò. Dabans aquela desconfitura, qualques joves militars se son revoltats e an pres lo poder.

Cal plan dire que la democra cia maliana èra plomba da per una corupcion generalizada, e una pauretat qu’es pas de creire. Lo pres ident ma lian des tituit Amani Toumani Toure (A.T.T.) es pas regretat per grand monde ! D’aquel temps los Toaregs an declarada l’independencia de lor país, l’Azawad, e poguèrem véser sus de televisions parisencas de representants del MNLA se felicitar d’aquela victòria tot en prometent de lutar contra los islamistas… La reaccion de la comunautat interna cionala tardèt pas . Los païses africans vesins vòlon a tota fòrça lo respècte de l’òrdre constitucional e demandèron als putchistas malians de daissar lo poder.

Aquò es estat reglat e lo president de l’a ss emb lada ma liana se vegèt remetre lo poder pels joves militars jos la pression dels païses vesins. Mas la comunautat internaciona la, e en par ticula r Argeria e França, regèta tanben l’independéncia de l’Azawad. Vòlon tanben combatre los islamistas e obténer la liberacion dels ostatges. Serà aqui un autre afar, e podèm crentar enc ara plan de b atalhas e autres malastres…

U.J.

Quelques rappels
à propos des Touaregs

Belkacem Lounes, élu de la Région Rhône-Alpes pour RPS connaît bien la
question des Touaregs. Il a été choqué par le traitement de l’information et
par les commentaires faits concernant cette partie de l’Afrique qui est
actuellement secouée par une crise grave.
Même chez ceux qui savent lutter contre les idées reçues l’affaire des
Touaregs et du Mali a parfois fait l’objet de simplifications.
Nous avons tiré des extraits d’une lettre envoyée par Belkacem Lounes à
ceux qui oublient que les frontières de l’Afrique actuelle sont celles que les
colonisateurs ont dessinées
• Quel pays pour les Touaregs ?
Le pays Touareg s’étend sur le vaste territoire du Sahara (appelé aussi Sahel) et
qui comprend tous les territoires du nord-Mali, sud Algérien, moitié nord du Niger,
le tiers sud de la Libye et l’extrême nord du Burkina-Faso). En conséquence, dans
tout cet espace, les Touaregs sont chez eux, même si les frontières coloniales sont
passées par là et restreignent drastiquement leur liberté de circulation portant
atteinte à leur culture et à leur vie nomade. (…) En tout état de cause, dans
l’Azawad (nord-Mali), le Hoggar (sud-Algérie), l’Air (nord-Niger) ou le Fezzan (sud-
Libye), un Touareg est dans son pays, jamais un émigré. Le droit international, et
en particulier la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones
reconnaît ce problème quand elle prévoit (article 36) que lorsque des peuples
vivent de part et d’autre de frontières internationales, ils  » ont le droit d’entretenir
et de développer, à travers ces frontières, des contacts, des relations et des liens de
coopération avec leurs propres membres ainsi qu’avec les autres peupl es,
notamment des activités ayant des buts spirituels, culturels, politiques, économiques
et sociaux « .
• Des Touaregs armés auraient quitté la Lybie, avec les armes que le
dictateur leur avait données.
En Libye, Kadhafi s’est maintenu au pouvoir en pratiquant la séparation et la
concurrence entre les communautés. Les Touaregs du sud-Libye, comme les autres
communautés libyennes, ont donné des soldats à l’armée libyenne mais ils étaient
cantonnés exclusivement dans leurs territoires traditionnels du sud du pays. Ils
n’étaient pas autorisés à  » monter  » vers le nord de la Libye et ne pouvaient donc
pas être une force de répression durant l’ère Kadhafi. D’ailleurs, aucun témoignage
libyen ne parle des Touaregs comme éléments ayant exercé cette répression,
dont les premières victimes étaient d’ailleurs les Amazighs libyens car ils refusaient
leur arabisation forcée. Et, durant la révolution, l es soldats Touaregs
étaient comme toute l’armée libyenne, divisés en deux, voire en trois camps : les
pro-Kadhafi, les contre et les neutres.
Le combat des Touaregs, qui est d’abord un combat pour la survie, ne date
évidemment pas de la chute de Kadhafi. Les premières révoltes de ce peuple
autochtone du Sahara, datent de 1960, au moment de l’indépendance du Mali. À
cette époque-là, ils n’étaient pas d’accord avec le rattachement de leur pays à un
État qui n’avait aucun sens, ni géographique, ni économique, ni humain, ni culturel,
ni historique. S’en est suivie une période d’accalmie mais, depuis 1990, les
révoltes armées des Touaregs sont devenues récurrentes et chacune d’elles se
terminait par  » un accord de paix  » écrit (le dernier date de 2009), comprenant un
volet socioéconomique (le développement), un volet politique (l’autonomie du pays
Touareg) et un volet sécuritaire (désarmement des combattants Touaregs et leur
intégration dans l’armée, la police et l’administration maliennes). Ces accords
n’ont jamais été respec tés par l’État malien, sauf dans leur composante sécuritaire.
Et les Touaregs voyaient bien la duperie répétée.

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu