Uniformité contre diversité

La dernière grande contradiction de ce rapprochement se trouve dans la question sur la diversité culturelle et linguist ique. La base de l’écologie de politique est la préservation de la diversité. Si le Pdg s’accorde avec le reste des écologistes pour défendre la biodiversité, le PdG s’oppose radicalement et souvent avec véhémence contre toute mesure d’encadrement et de protection des langues régionales.

Quand EELV, lors de l’élection présidentielle, proposait de rendre obligatoire l’enseignement optionnel des langues régionales, Mélenchon déclarait au Sénat en 2008 que les écoles bretonnes Diwan étaient une s ecte et que la langue bretonne même était une langue liée à la collaboration avec les Nazis !

Après la passerelle, l’impasse

À force de chercher à se positionner toujours par rapport à Mélenchon, on finit par copier puis par faire du Mélenchon. Il existe chez les responsables politiques hexagonaux une fascination pour le leader du PdG. Il est vrai que Mélenchon est à ce jour un des plus brillants orateurs du paysage politique hexagonal et son score de 11% à la dernière présidentielle le place très loin devant la vaillante candidate écologiste, Éva Joly (2,31%). L’écart de voix très important entre les deux courants impose aux écologistes une remise en cause. Toutefois, si Mélenchon est une bête de scène remarquable, l’entreprise de séduction entreprise par EELV à l’égard du PdG et la mélenchonisation des idées des écologistes mènent à une impasse.

L’attitude d’EELV et son rapprochement avec le PdG, s ’il es t certainement avant tout lié à la préparation des élections municipales, à la recherche d’alliance qui permet trait la démarcat ion du PS, révèle aussi une crise de confiance dans la stratégie et le discours. La cohérence des écologistes se trouve pourtant dans la dynamique de 2009 avec les eurorégionalistes. Le résultat historique des dernières européennes parle de lui-même.

Gageons que cette expérience tourne court et qu’EELV acte dans les meilleurs délais l’incompatibilité des projets avec le PdG. Il en va des futurs succès électoraux de 2014 et de la poursuite de la dynamique avec les régionalistes.

Pèire Costa

Pour réagir : info[a]adeo-oc.eu